Robin McKelle est actuellement en tournée en France et sera en concert à la Cigale le 31 mai.

Robin McKelle aime s’affranchir des étiquettes et surprend encore avec The Looking Glass. Si ses deux précédents albums étaient de superbes hommages au blues à la soul, cet album s’en éloigne avec des couleurs pop. Mais même si elle a pris ce tournant, il faut dire que ça reste une pop soul assez bien ficelée. Cette fois, place à une artiste qui se livre. The Looking Glass est un album très personnel, introspectif. Son titre signifie d’ailleurs « miroir ». C’est donc tout naturellement que la chanteuse a composé une grande partie des morceaux.

L’instrumentation est tout aussi intimiste puisqu’elle a été réduite par rapport à ses albums précédents. La collaboration avec les Flytones a laissé la place à d’autres talents comme ceux du producteur Steve Greenwell (Joss Stone). À ses côtés, il y a aussi le pianiste/arrangeur Ray Angry (Melanie Fiona, Christina Aguilera) ou le batteur George « Spanky » McCurdy vu aux côtés de Jill Scott ou Kanye West. Le guitariste Al Street, fidèle compagnon depuis cinq ans, est quant à lui resté et son instrument a une place de choix sur l’album.

L’ensemble des morceaux repose sur un groove bien présent grâce aux lignes de basse assurées par Jack Daley. "Stay", avec ses accents soul, rappelle les anciennes amours de la chanteuse. Les titres "Gravity" ou "Brave Love" dont les claviers sont joués par par Ray Angry, sont très accrocheurs. Côté paroles, l’album dévoile une femme forte qui ne se laisse pas abattre ("Down Without a Fight" ou "Stand Up") mais sait aussi avouer ses failles comme sur le très sensuel "Forgive Me". La chanteuse se retourne sur son passé et aimerait le réparer ("Get Back to Yesterday"). Cet album est tissé d'histoires, de liens – avec elle-même notamment - qu’elle revisite dans un souci impérieux d’être franche. Une sincérité qui se ressent à l’écoute.

 

Robin McKelle a cette force de faire sonner ses chansons comme des classiques, qu'importe le genre. Elle fait d’ailleurs allusion pour cet album à une écriture très classique, dans le style d’Elton John par exemple. C’est finalement de cette manière que l’on entend ces chansons : comme de la pop très classique. On se prend d’ailleurs facilement à fredonner l’air d’une chanson. Le public français, qui apprécie particulièrement la chanteuse, fera sûrement de même et lui réservera certainement un très bon accueil.

Fara Rakotoarisoa

Robin McKelle, The Looking Glass, Membran, 2016

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out