Brookzill – Throwback to the Future (Tommy Boy) 

« Brookzill » quartet réunissant Prince Paul, Ladybug Mecca, Don Newkirk et Rodrigo Brandão (aka Gorilla Urbano) débarque avec « Throwback To The Future » un album placé sous le sceau du Brésil. 

D’un nouveau genre assez peu exploré, Throwback To The Future est un mix savamment dosé de musique brésilienne et africaine-américaine qui annonce le retour d’artistes de renom, à commencer par l’envoûtante Ladybug Mecca (Digable Planets) et le producteur Prince Paul (De La Soul). Deux artistes qui ont d’ores et déjà collaboré ensemble, autour du projet « Baby Loves Hip-Hop » (2008) aussi connu pour être un album d’apprentissage d’un tout nouveau genre : le hip-hop pour enfants. A cela s’ajoute-le méconnu, Rodrigo Brandão, et le très vénéré Don Newkirk du groupe De La Soul, qu’on ose plus vraiment présenter et dont l’immense succès via« Three Feet High and Rising » a fini de lui faire un nom.  

« Throwback To The Future » est avant tout un voyage initiatique et rétrofuturiste qui par ses mélodies dessine les contours d’un Brésil chatoyant, suggérant l’influence notoire et le spectre omniprésent d’artistes tels que Gilberto Gil et João Gilberto, précurseurs de l’hybridation musicale entre jazz et bossa nova. Mais au-delà de l’esthétique très travaillée de cet album, chaque titre se propose de raconter le Brésil, et ses traditions, à l’image de« Macumba 3000 » qui célèbre le syncrétisme religieux et le mysticisme vaudou ou « Raise The Flag » à la tendance patriote à l’heure de la tourmente politique nationale. 

Même s’il y a une volonté latente de rendre hommage à l’héritage musical brésilien traditionnel - et plus directement dans les mixtapes qui ont été réalisées en amont de « Throwback To the Future » - toute l’originalité repose sur la très mesurée communion avec le style hip-hop, marquée par la touche scratch de certains morceaux comme les titres« S. Bento MC5 » ou « Raise The Flag » qui démontrent assez naturellement que cet album puise dans la scène early rap et fait revivre l’âge d’or des MCs.    

Mais on doit aussi et surtout la richesse de « Throwback To The Future », à la pluralité de ses influences musicales, au carrefour entre jazz, bossa nova, et hip-hop qui se mêlent et s’entremêlent à mesure que les titres défilent. On retiendra notamment la brillante performance musicale du quartet sur le titre « Let’s Go («É Noiz) ! » véritable laboratoire expérimental, où l’on découvre une somme inattendue de percussions, du xilophone au tambour en passant par les maracas et les imperturbables riffs qui sont non sans rappeler des similitudes avec le rythme entêtant de « Sugarhill Gang » de Rapper’s Delight.

Enfin, on saluera les collaborations de choix avec des artistes brésiliens pas encore auréolés par la critique (mais ça ne saurait tarder), et la participation du brillant Del the Funky Homosapien à travers le titre « Maralém ». Un titre sur lequel Rodrigo Brandão et Ladybug Mecca signent un duo chanté en portugais des plus accrocheurs, achevé par une partie rappée assurée par Del the Funky Homosapien.  

Très innovant et sur-vitaminé grâce des mélodies hypra-rythmées sur lesquels on s’imaginerait bien siroter des porradinhas en lézardant sur la baie de Salvador de Bahia, « Throwback To The Future » est malgré son aspect futuriste teinté de nostalgie par des clins d’œil successifs au passé. Néanmoins il porte une bonne humeur musicale dont on a beaucoup de mal à se lasser et célèbrent aussi un Brésil plein de fougue.      


Autres articles

 

 

Comment

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out