Hubert Dupont, Mike Ladd, Ibrahima Diassé Vox XL, Ultrack, 2014

Super Dupont faudrait-il corriger, tant le bassiste boulimique trace son chemin sinueux et déconcertant dans une géographie musicale dont Djam a déjà commencé d’esquisser la cartographie.

Avec VoxXL, album live foisonnant, le bassiste et compositeur invite deux influences qui pour être connectées n’en sont pas moins étonnantes : Mike Ladd, qu’on a déjà dû appeler quelque part « le plus français des rappeurs américains », et Ibrahima Diassé, maître généreux du tassou. Les deux invités se retrouvent autour de deux traditions du spoken word - le tassou étant au Sénégal une pratique ancienne de déclamation poétique - qui naviguent dans l’album entre l’engagement et l’absurde total : « Juska Juska » est une longue déclaration d’amour à de nombreux aliments, notamment le poulet.

Le talent au micro des chanteurs apporte beaucoup à l’enivrante teinte funk de ce live intense, qui sait accrocher l’auditeur sur près d’une heure. Mais cette réussite tient avant tout aux instrumentations d’Hubert Dupont dont il n’est pas vain de souligner l’éclectisme : attaque incandescente de sa basse qui va chercher dans le jazz rock des années 70-80 un groove imparable (« Slamabad »), onirisme de la flûte de Naïssam Jalal (« Baisse la Clim »), superpositions irrésistibles du tout avec des sons limite disco (« Joujou »), etc. Ces compositions enlacent avec délicatesse les flots si divergents des deux « rappeurs » en leur donnant une pulsation haletante et joyeuse.

Ce VoxXl s’empare de traditions plurielles et éclatées pour offrir une musique délocalisée – dans un sens non-capitaliste, bien sûr. Hubert Dupont montre encore une fois son potentiel à acclimater les sons et traditions les plus diverses dans un projet cohérent, exigeant et formellement irréprochable en dépit de certaines longueurs vite oubliées dans un groove fervent. Les mots me manquent, fiez-vous donc à Bill Trumendous. Ce bon vieux Bill...

 

Pierre Tenne

Voir aussi la chronique de Jasmim, le précédent album de Hubert Dupont (2013).