2 Chainz - They Don't Care Who Makes It

DVjHFhHVMAAdQL3-1518146946-640x640.jpg

2 Chainz, They Don't Care Who Makes It

On s’était à peine remis de l’excellent Pretty Girls like Trap Music (sorti il n’y a guère plus d’un an) que 2 Chainz nous offre un cadeau de Noël en décalé avec une mixtape certes courte mais d’une redoutable efficacité. On sait que Tauheed Epps aka 2 chainz est un bourreau de travail ; en témoignent ses multiples featurings, dont le plus récent est sa participation à l’impressionnant Black Panther OST (supervisé par Kendrick Lamar !), mais il a surpris son monde en annonçant la sortie d’un nouvel EP la veille au lendemain.


En matière de trap Titi Boy assume son statut de patron du game avec They Don’t Care Who Makes it, lancé par « Ok Bitch » un morceau à l’ossature semblable au désormais légendaire « Mask Off » de Futur, le flow endiablé du natif d'Atlanta se posant sur un loop de piano simple mais efficace : « Okay bitch, I'm on (okay) a double (okay) date/ it's her and Nina Ross/Okay bitch, I got a cross/ layin' on top another cross/Layin' on top another cross/ I'm killin' 'em, sorry for your loss ».


Il invite ses potos Yg et Offset sur « Proud », changement de rythme radical avec le premier morceau, avec un charleston plus rapide cette fois-ci. Le MC raconte un pan de sa vie où sa mère devait le trimballer de maison en maison faute de moyens suffisants pour avoir une vie stable et comment il essaye de la remercier maintenant : « Bought my mama's first house /with the juug money (alright)/Bought my mama's second house with the club money (show) Me and mama used to trap out the same house (same house) /used to eat and go to sleep on the same couch (same couch) ». YG et Offset font le job et font de ce morceau l’attraction principal de L’EP.


« Land of the Freaks » s’ouvre quant à lui de manière innocente avec une douce mélodie au piano sur laquelle le rappeur pose de façon quasi anodine avait que le rythme n’augmente en crescendo et finisse par exploser avec un flow surpuissant du mc et des mots aussi coupants que la lame d’un rasoir. Le rappeur en profitant pour nous rappeler  avec beaucoup de courtoisie qu’il ne fait pas rigoler avec son équipe. « Yeah, I'm a misfit/ dipshit, fish sticks/ six whips/Times two, I'm cold, swine flu / must I remind you? / Bitch, tell her nigga, my bitch, she came with stilettos /Nigga, my crew, we came with Barretta. »

Au moment où ces lignes sont écrites nous apprenons via le compte Instagram du rappeur qu’un nouvel album est préparation. They Don't Care Who Makes It n’en était qu’un amuse bouche succulent !

Chroniques - par Vinoth Saguerre - 20 février 2018
 


Autres articles