Daniel Erdmann, Samuel Rohrer, Frank Möbus, Vincent Courtois, Ten Songs About Real Utopia, Arjuna Music, 2015

Ce quartet pue l'Europe à plein nez. Dans sa composition d'abord, avec deux Teutons (Daniel Erdmann et Frank Möbus), un Suisse (Samuel Rohrer) et un Français bien connu des amateurs de violoncelle (Vincent Courtois). L'axe franco-allemand, la banane bleue, rappelez-vous les cours de géographie. Si l'on rajoute la pochette signée du belge François Schuiten, grand prix d'Angoulême 2002... Mais si l'Europe, ce quartet pue ; c'est avant tout par la musique qu'il produit : très écrite, harmonies léchées, rythme délicat, mélodies esthètes.

Européen aussi le goût fanatique pour des ostinatos et des riffs élaborant par touches impressionnistes de courtes chansons – puisqu'il s'agit de cela, malgré l'absence de texte – à l'efficacité diabolique plus qu'utopique. Ce choix artistique d'orienter l'album vers une dimension narrative voire discursive par la revendication d'une forme inhabituelle du jazz instrumental empêche le quartet de se complaire dans une musique déjà entendue. Les titres, très ramassés dans leur durée, sont effectivement des « chansons » et font primer la mélodie, impliquant un travail d'écriture partagé par les quatre compères extrêmement savant. Certaines de ces chansons impriment une sorte de simplicité quasi pop à l'auditeur qui se prend d'une envie de chanter trop rare dans le jazz contemporain (« Song against patriotism »).

Cette orientation originale de l'album est surtout l'occasion pour les musiciens d'exprimer leur talent et des désirs nouveaux dans une forme plus contraignante pour l'improvisation et l'interprétation. Dans les interstices restreints offerts par ces chansons, ils dégagent des espaces élargis grâce à une rythmique guitare/percus (Frank Möbus et Samuel Rohrer) d'une finesse homérique et dans lesquels les deux principaux solistes (Erdmann au ténor et Courtois au violoncelle) partent explorer des territoires nouveaux. Territoires aussi bien rythmiques sur « No nr Two » que chromatiques sur « There Will Be Blood ». Territoires heureux, portés par le souffle quasi militant d'un album utopique, en lutte contre le patriotisme et promouvant de nouvelles formes de partage. Européen, je vous dis !

Pierre Tenne

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out