890

Jean Kapsa, Antoine Reininger, Maxime Fleau, La ligne de Kármán, Melisse/Harmonia Mundi, 2015

Cette ligne délimite la terre et l'espace. Elle porte le nom d'un astronome hongrois. Le trio vise les étoiles : un album comme une ascension jusqu'à 10 000 bornes au-dessus de nos têtes selon le verso de la pochette. L'exosphère des scientifiques, en douze compositions maisons, essentiellement du pianiste Jean Kapsa.

L'espace est ici clairement identifié, et n'est pas de ces espaces infinis qui effraient tant les sages. Les trois jeunes - tout juste trentenaires, ça ouvre des perspectives - musiciens vont comme beaucoup de trios actuels chercher vers des influences à dominante new-yorkaises : au firmament l'art du trio de Mehldau, qui a d'ailleurs adoubé la formation française. Les compositions de Kapsa suintent leur Brad par tous les pores, de l'introductive « Alliance » et son long ostinato rythmique aux talents d'hypnose assurés jusqu'à un « Typographe » plus rock dans l'énergie comme dans les ritournelles mélodiques.

Ça ne serait que cela, une influence invasive, que l'on vous conseillerait déjà de jeter un œil ; car après tout nombreux sont ceux à avoir rater l'emprunt à New-York et son jazz. Dans ses emprunts, ce trio-ci est professionnel. Et il n'y a guère de plus beau compliment : professionnel dans l'exécution (remarquable Maxime Fleau derrière les fûts, qui sans en mettre partout sait toucher juste), dans la construction d'un album éclectique mais très clair, dans l'écoute attentive et productrice d'espace de ces trois musiciens qui rendent facile l'art exigeant du trio.

Mais ce n'est pas seulement ça. Malgré la jeunesse, on sent un irrépressible désir de s'affranchir aussi des influences pour trouver une voie personnelle. Une ligne peut-être ? Rien de plus salutaire que cette ambition-là, qui a déjà réussi aux trios les plus en vue du moment dans cette filiation - oui, Shaï Maestro, je pense à toi ! Kapsa, Reininger et Fleau sont en train de suivre leur bonhomme de chemin musical en suivant cette étoile, qui n'est pas la moindre ni la plus aisément atteinte, et qui pourrait bien les mener loin, bien au-dessus de cette ligne de Karman sur laquelle ils produisent d'ors et déjà des frissons anti-gravitationnels.

Pierre Tenne

En concert ce soir (14 mai 2015) au Sunside, Paris!

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out