agathte_jazz_quartet_feeling_alive_570

Sensualité, langueur, groove... Agathe Iracema séduit. L'arrière-goût suave que laisse son dernière album, Feeling Alive, sur notre palais auditif résonne d'un talent rare. Sans chambouler les cadres de la modernité, la jeune franco-brésilienne perpétue, de son chant velouté, les plus purs héritages du jazz vocal et du latin jazz. Fraîcheur fulgurante, où le cool brésilien, ponctué ci-et-là d'un scat félin, se conjugue à un esprit « Broadway melody », Feeling Alive nous abandonne à quelques enchanteresses relaxations.

S'il est vrai que la ravissante chanteuse porte en elle le timbre de voix qu'il faut – capable d'autant de rocailleux feulements (à la manière d'un Marc Bolan) que de cristallines embardées aiguës (que Billie Holiday seraient loin d'éconduire) –, les musiciens qui l'accompagnent ne sont pas pour jouer en sa défaveur. Bien au contraire. Ils savent habilement comment sublimer son art, comment exalter chaque palette de son chant.

Alors que Fred Wesley et Nicolas Folmer apportent – sur trois pistes chacun – leur part de groove, le reste du quartet est, contre toute attente, un véritable marqueur de style. Alternant cool, bossa et swing, il est un bouillonnant cocktail d'influences toujours chaudes, dicté par cette expressivité commune qu'est l'amour. L'amour du jazz, il est vrai. Mais également l'amour du cœur, pour qui l'on voue des mots passionnés, insensés. Car oui, Feeling Alive est ce genre d'album qui fera, à corps perdu, chanter les inséparables. Ce genre de musique qui apportera aux âmes esseulées plus que du réconfort : de la rêverie.

Alexandre Lemaire

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out