Philomène Irrawaddy, Cinderella’s Notice

Once upon a time. Il est toujours bon de prendre des nouvelles de Cendrillon surtout lorsqu’elles sont portées par la voix claire de Philomène Irawaddy. 

La chanteuse conforte son approche des contes musicaux, espère toujours que son prince viendra (« Someday My Prince Will Come ») pour une nouvelle danse ( « Once Upon a dance ») à minuit sur les ailes de l‘amour ( « Midnight on The Wings Of Love ») mais, cette fois , elle quitte le monde des songes enfantinspour s’adonner à une approche plus en lien avec lejazz,  pour une lecture enchantée certes maisplutôt destinée à unpublic adulte, autour de compositions personnelles alléchantes et de standards intemporels.

La manière de dire les textes est parfaite maisle chant, qui par instant fait penser à Joni Mitchell, colle trop souvent aux modes vocales actuelles des jeunes chanteuses. L’intensité duplaisir d’écoute nait de la présence lumineuse du pianiste Alain Jean- Marie(quel toucher, quel son boisé, quel voicing !), de Gilles Naturel à la contrebasse, et de Guillaume Naturel en état de grâce à la flûte traversière, aux saxophones ténor et soprano. Le reste du line–up est du même acabit.

Aucune raison, donc, de ne pas prendre des nouvelles de Cendrillon et de bouder dans son coin comme un adulte mal embouché.


autres articles

 

 

Comment

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out