Immanquable!

Josef Leimberg, Astral Progressions  (Urban reverb)

Il y a dans ce premier opus de Josef Leimberg tous les ingrédients pour en faire l’album marquant de cette fin d’année. Groove hip-hop, solos inspirés, circonvolutions atmosphériques 70’s et invités de marque, le tout saupoudré de musique électronique. 

Mais loin de la recette d’un hold-up commercial que l’on pourrait soupçonner, loin d’une musique décorative ou dans l’air du temps qui ne saurait que flatter l’oreille de l’auditeur, le trompettiste livre une œuvre personnelle et introspective, autour de la question de la place de l’être humain dans l’univers.

Le sien, peuplé d’étoiles de la scène jazz et rap de la côte ouest, Josef leimberg nous invite à y voyager dans un vaisseau céleste qu’il dirige d’une main de maître, au gré d’une marée cosmique, avant de s’échouer lentement sur une dernière plage en hommage à sa mère, où l’on entend la voix de cette dernière s’interroger quant à la complexité de la vie et au rôle de l’Homme dans le monde.

Les comètes que le trompettiste nous propose d’approcher avec ses progressions astrales ne sont pas tout à fait inconnues ! On retrouvera la rappeuse et productrice Georgia Ann Muldrow, Terrace Martin, Tracy Wannomae, Jimetta Rose, les rappeurs Bilal et Kurupt, le violoniste cosmique Miguel Atwood-Ferguson, ainsi que les vibrations solaires du saxophone de Kamasi Washington !

Josef Leimberg a lui-même brillé dans la constellation du jazz west-coast au cours des années 2010, et accompagné/composé pour des artistes aussi variés que Snoop Dogg, Erykah Badu, Robin Thicke, SZA, Funkadelic, Murs, Busdriver, Kendrick Lamar, Dr Dre, Shafiq Husayn, King Tee ou Suga Free.

Ce premier album du trompettiste est donc baigné d’influences éclectiques, qui sont sur ces dix pistes parfaitement intégrées et mises en perspective (pour ne pas dire en orbite) avec intelligence et sensibilité. La chanteuse Georgia Ann Muldrow place sur le tempo distendu de « As I think of you » sa voix soul et profonde, pour se perdre dans des à-plats vibrants qui évoquent la fragilité d’une Björk… Bilal développe une mélopée extra-terrestre de sa voix singulière, captivante, qui donne sa force d’attraction à « Between Us 2 »… Le rap de Kurupt donne de la gravité à « Astral Progressions », dans cet univers ou nous voyageons en apesanteur.

Entre la délicatesse d’un Nills Peter Molvaer et l’énergie électrique d’un Miles Davis époque « bitches brew », le trompettiste tisse des solos planants et évocateurs. Difficile de ne pas évoquer l’influence du maître dont Josef Leimberg reprend avec la complicité de Terrace Martin un titre de la période jazz-fusion électrique 70’s, «Lonely Fire », dont l’ambiance inonde les autres plages de l’album.

La profondeur de cet univers et la diversité de ses galaxies laisse apparaître par surprise des références culturelles universelles qui baignent notre imaginaire collectif. Ainsi peut-on se surprendre à rêver de polyphonies pygmées (« Astral Progressions ») ou penser reconnaître au détour d’une piste une mélodie de Nino Rota (« Celestial Visions ») ! 

A l’instar de son compatriote Kamasi Washington, Josef Leimberg parvient avec une évidente simplicité à trouver sa place dans ce monde coloré et traversé de vents interstellaires qui est le sien.

A new star is born.


Autres articles

Comment

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out