Schwab Soro, Volons !, Neuklang/Bauer Studios/Harmonia Mundi, sortie le 21 octobre 2016

 

Dans le jazz d'aujourd'hui, on sort rarement d'un album ou d'un concert avec une ritournelle en tête, qu'on sifflote, chantonne, tape du pied ; seul et abruti moqué par les enfants dans les rames du métro. C'est dommage. Prenez les standards : c'est bien joli. Mais dans le jazz d'aujourd'hui, on trouve aussi des compositeurs comme Raphaël Schwab qui ici fait pousser la chansonnette, d'une « Jolie Valse Joyeuse » entêtante ou d'un « Volons » pénétrant. Rien que pour ça, Volons !

Pourtant, il serait absolument injuste et désinvolte de réduire ce duo à cette sorte de quintessence mélodique qu'il trouve bien souvent, tant les deux compères furètent dans tous les coins mis à leur disposition par une formation saxophone alto/basse qui laisse maints espaces, autant de libertés. Julien Soro et Raphaël Schwab mettent tout leur talent, qui est grand voire extraterrestre, au service de compositions et d'une expressivité proprement stupéfiantes par l'équilibre singulier qu'ils dénichent entre le contrôle prédestiné de l'écriture et une candeur improvisée qui émeut. Le canevas de cette musique est sauvagement beau, brutalement polyglotte et sagement doux sans que jamais l'on ne se demande si ces deux musiciens ont vieilli, ont compromis, ont tergiversé, ont manigancé. Non, c'est franchement chouette.

Plus que chouette, ça déchire. Parce qu'au-delà d'un propos maîtrisé et original, il fait entendre une entente rien moins que fusionnelle entre deux musiciens à l'identité tout plus que prononcée et forte, qu'on n'aurait pu croire qu'ils s'entendissent (dissent dissent) tant dans cette formule complexe du duo s'il n'en faisait la preuve sans cesse depuis longtemps. L'économie de la basse de Raphaël Schwab et le déferlement de Julien Soro, l'onirisme de l'alto tout contre la plénitude d'une ligne de basse réduite à son plus substantiel squelette : c'est une ''Lente Progression'' qui nous a tout retournés, vidés, emplis, caressés, malaxés, envolés.

Volons !, c'est alors ce magnifique album à la prise de son magistrale, où s'entendent deux musiciens qui fascinent au sein de Ping Machine ou ailleurs, dans une formule singulière mais qui marche terriblement. Volons ! s'ils le veulent, nous les suivons, jusqu'au bord du précipice au-dessus duquel ils nous élancent.


Comment

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out