Après avoir écouté attentivement les deux albums qui semblent être disponibles en distribution au même moment (Into The Shadow enregistré en 2014 et le précédent à pochette noire et qui est aussi le premier enregistrement du groupe gallois de Cardiff), on s’est immédiatement précipité sur les vidéos (superbes et passionnantes) disponibles sur le net. Confirmation des sensations nées à l’audition des disques : les musiciens ne sont pas des gamins, ils jouent sans bluff, sans esbroufe, sans posture de rock stars, un répertoire pensé et maîtrisé, totalement personnel malgré les influences de Portishead, de Massive Attack , de James Blake, ou encore de Bonobo. C’est que le groupe baigne dans le même jus et qu’Andy Allan, leur producteur, fut aussi celui de Portishead et de Massive Attack. Cela s’entend, les quatre fondateurs sont passés par des formations de jazz, de funk et de soul avant de monter le groupe en 2012 pour créer quelque chose qu’ils souhaitaient plus profond et plus terrien que Portishead. Par exemple.

Lisons le line-up, pour imaginer comment prend cette sauce sonore. Les quatre membres fondateurs : Dionne Bennett (chanteuse à la voix gorgée de soul), Dave Stapleton (Fender Rhodes et synthés), Deri Roberts (sound design, electroniques, producteur et trombone) et Elliot Bennett (percussions), à qui s’ajoutent des musiciens invités : Stuart Mc Callum (guitare), Ben Waghorn (merveilleux sax), Aidan Thorne (contrebasse), Verneri Pohjola( trompette, brillant), Matt Robertson (synth programming) ainsi que quatre violons, deux altos et deux violoncelles. On voit par là qu’on touche divers mondes dont trip-hop, jazz, drum & bass, digital funk, ambient music, soul et j'en passe. On pourrait imaginer qu’en ressortirait une bouillie musicale ou, au contraire, trop d’influences disparates : que nenni ! il y a là une unité de conception exceptionnelle enrichie de merveilleuses compositions. E la voix de Dionne Bennett vaut le détour à elle seule, comme une réminiscence enchantée des grandes soul sisters d'antan.

Deux pochettes de classe pour deux albums enthousiasmants... A laquelle de ces deux galettes va ma préférence ? Le noir me va si bien... Et laissez tourner lentement la camera.

Philippe Lesage

Slowly Rolling Camera, Slowly Rolling Camera et Into The Shadow, Edition Records, 2014


Autres articles 

1 Comment

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out