Hier soir le New Morning affichait salle comble ! À tel point qu'il était difficile de se frayer un chemin dans la marée humaine qui submergeait la fameuse salle parisienne de concert... Une jeunesse friande de délices musicaux prête à déjouer tous les clichés ; une fleur de l’âge guettant avec attention l'évasure de la porte des artistes. Le Roy Hargro(o)ve Quintet sait s'y prendre pour réveiller les peuplades jazzophiles endormies dans la torpeur de la capitale. À peine une minute sur scène et déjà les premières acclamations jaillissaient en écho de « Tom Cat » de Lee Morgan : merveilleuse entrée en matière pour une entrée en scène remarquable. Roy ne fait pas ombrage à Lee saperlotte ! « I'm not so sure » pour assurer la transition et c'est parti. La soirée commence.

On a surtout vu Hargrove : pantalon rouge flashy, basket, lunette noir et nœud de cravate. Mais c'est oublier son humilité, sa douceur, le respect incroyable dont il fait preuve envers ses musiciens, se retirant tel un roi magnanime pour les laisser s'exprimer devant la foule des adorateurs, en l'occurrence nous, cher public béat et bienheureux en cette sacro-sainte soirée. « All Stars », ah ça, on ne saurait dire le contraire ! Tour à tour, ils ont montré la mesure de leur talent, rivalisant d'ardeur à nous faire oublier tout espace-temps. Alors forcément, devant ce public chaud-bouillant, le saint homme ne s'est pas fait prier. A 11h30, il nous en a redonné pour notre soul, pendant plus d'une heure, sur le jeu désormais endiablé du batteur adulé Quincy Phillips ! Infatigables américains ! Roy Hargrove adore le New Morning et l’a fait savoir : « c'est la meilleure salle au monde » s'est-il exclamé en liminaire de concert. Cajoleur, il a fait entendre sa voix de crooner, par retour d’amour. Nous étions tous sans voix.

Le célèbre rappeur et beatboxer Sly Johnson, lui, a fait prendre un virage résolument soul à cette soirée. Un virage de bon goût qui n’aura peut-être pas séduit les plus fervents jazzophiles. Affaire de goût ici, passons. Au reste, il a eu droit à son ovation, comme quiconque ce soir sur cette fameuse scène. « Thinking of you », « A Change Is Gonna Come »... Il ne manquait qu'une piste de danse pour que l’on se croit dans l’émission Soul Train. Comme souvent au New Morning, il eut fallu faire valser les chaises ! Mais, embarqués dans la danse, nous aurions été difficiles à déloger !

Déjà que les irréductibles ont ignoré les derniers métros… Moi je ne pouvais pas, alors je me suis esquivée à travers la foule encore nombreuse et exaltée. Avec le regret certain de manquer les réactions eupéptiques sur le vif. Et mon imagination de concevoir avec le Roy Hargrove Quintet un monde de jazz et d'eau fraîche. Ce soir je m’envolerai vers d’autres sphères, mais à vous il reste deux jours pour vous hydrater. Au feu le bal des pompiers. Ce soir les jumelles d’Ibeyi seront en 1ère partie du quintet. Demain ? China Moses et Laëtitia Dana !

Et si en plus vous souhaitez des places gratuites, c’est par ici !

Agathe Boschel

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out