Sous l’égide de l’association [djaz]51, la 22ème édition du Reims Jazz Festival s’apprête à étancher la soif des plus grands buveurs de jazz ! Parce que ces derniers ne cesseront jamais d’y trouver un sujet à l’envoûtement, l’exaltation et les découvertes, l’événement se devait de faire côtoyer légendes de l’improvisation et jeunes pousses d’un jazz neuf, émancipé de ses stéréotypes habituels. C’est ainsi que, durant un mois complet - du 6 octobre au 7 novembre -, la ville de Reims sera l’épicentre d’un grande rasade de concerts dans les salles du Caveau Mumm, la Villa Douce, l’Opéra de Reims, le Césaré, la Spirale et le Conservatoire régional. De manière peu exhaustive, Uri Caine/Alain Vankenhove/Sebastien Boisseau/Jeff Ballard (6 octobre), Michel Portal et Bojan Z en duo (29 octobre), Heinz Sauer/Daniel Erdmann 4tet (30 octobre), John Scofield/Joe Lovano 4tet (4 novembre) ou encore Mark Turner/Avishaï Cohen 4tet (5 novembre) sont autant de têtes d’affiche attendues, et qu’on espère voir satisfaire nos plus bas instincts de mélomanes.

Evidemment, tout le plaisir de l’écoute s’avèrerait vain sans son lot d’inattendu ; pour préciser, sans la venue de quelques jouvenceaux du jazz, apportant une fraicheur nécessaire à l’événement et son ambiance : Un Poco Loco, Agathe Jazz 4tet, Musica Nuda ou encore le collectif Petit Soldat qui clôturera les festivités sur la chaleur d’un jazz parsemé d’électronique et de musiques du monde.

Enfin, pour les guignards les plus éloignés, l’ouverture du festival se fera, en prologue au concert de Vankenhove/Caine (retransmis par la suite le 9 novembre dans l’émission Jazz Club d’Yvan Amar), depuis le Caveau Mumm, avec l’émission Open Jazz d’Alex Dutilh, enregistrée, pour l’occasion, en public. Un festival de jazz exigent et à l'identité claire, qui mérite de faire parler de lui plus encore.

Alexandre Lemaire