TDLW - l'Atelier du Peuple, Houston

TDLW - l'Atelier du Peuple, Houston

TDLW - l'Atelier du Peuple, Houston. Cette semaine, focus sur un groupe consensuel mais influent du début des 80s bien implanté sur les scènes funk et soul, qui s'est reformé il y a peu sous la direction de son fondateur, Howard Harris. Funkathone, bro!

TDLW - "Moko Diolo", groove ferroviaire de l'Orchestre Rail Band

TDLW - "Moko Diolo", groove ferroviaire de l'Orchestre Rail Band

TDLW - "Moko Diolo", groove ferroviaire de l'Orchestre Rail Band. Ressorti sur le grand label Syllart Records associé au jeune (et tout aussi grand) label Goma Gringa, "Moko Diolo" est l'un des premiers titres de l'orchestre Rail Band sur lesquels chante Mory Kanté en remplacement de Salif Keïta. Une réédition essentielle pour que vive le groove!

TDLW - Jazz, the African Sound

TDLW - Jazz, the African Sound

TDLW - Jazz, the African Sound. Long retour sur les origines du premier big band sud-africain de Chris McGregor, récemment réédité par le label anglais Jazzman Records, et c'est tant mieux.

Henri Salvador, jazzman et guitar-hero

Henri Salvador, jazzman et guitar-hero

Henri Salvador, jazzman et guitar hero. Retour sur la carrière aux frontières du jazz, du blues et des musiques caribéeennes d'Henri Salvador, au-delà des clichés qui entourent sa renommée d'amuseur, de chanteur de music-hall et/ou de variété. Où l'on apprend que cet autre fou chantant a joué avec Ray Charles, repris le répertoire traditionnel haïtien comme Kurt Weill, et fut surtout un redoutable guitariste.

Les oubliés du jazz : Coltrane, inconnu au bataillon

Les oubliés du jazz : Coltrane, inconnu au bataillon

Les oubliés du jazz : Coltrane, inconnu au bataillon. La tribune des oubliés du jazz de ce 1er avril 2016 revient sur la carrière oubliée d'un ténor américain des années 50 et 60, aujourd'hui tombé dans l'anonymat.

TDLW - Tommy Stewart

Comment

TDLW - Tommy Stewart

TDLW - Tommy Stewart. Néo-soul et disco funk, on ne sait pas trop mais Martin Roquette est allé diggé et revient avec un groove de Détroit, pendant cet âge d'or (1976) qui fit de la ville du Michigan une capitale musicale de premier plan. "Fulton County Line", de Tommy Stewart!

Comment

Le Jazz et la Java - chantez-vous le français?

Comment

Le Jazz et la Java - chantez-vous le français?

Le Jazz et la Java - chantez-vous le français?. Comment Joao Gilberto, Billie Holiday, Nat King Cole, Louis Armstrong, et tant d'autres ont-ils utilisé des chansons venues de l'hexagone? Avec Eartha Kitt et Blossom Dearie, le Jazz et la java enquête sur l'influence de la chanson française sur bien des artistes d'horizons divers.

Comment

TDLW - Rim and Kasa

Comment

TDLW - Rim and Kasa

TDLW - Rim and Kasa. Nouvel épisode de Taillé dans la Wax, par Martin ''asperlute'' Roquette à propos d'un OVNI échappé de l'âge d'or de la musique ghanéenne pour une échappée entre funk, disco, highlife et afrobeat. Rim and Kasa, ressuscité!

Comment

TDLW : Le diamant soul de Martin Dumas Jr

Comment

TDLW : Le diamant soul de Martin Dumas Jr

TDLW : Le diamant soul de Martin Dumas Jr. Martin Roquette nous parle de la réédition par ZAF d'une pépite introuvable de la scène soul-funk de Chicago, avec "Belief, Attitude, Determination" de Martin Dumas Jr. Support léché, mastering parfait (Jack Adams), morceau incroyable, on vous explique tout!

Comment

Le Jazz et la Java : Brigitte Fontaine et l'AACM

Comment

Le Jazz et la Java : Brigitte Fontaine et l'AACM

Le Jazz et la Java : Brigitte Fontaine et l'AACM. La rubrique de Philippe Lesage revient sur les liens entre une certaine chanson française et les agitateurs free jazz de Chicago de l'AACM, à l'occasion de la sortie du dernier livre d'Alexandre Pierrepont.

Comment

TDLW - La Mont Zeno Theatre

Comment

TDLW - La Mont Zeno Theatre

Taillé dans la Wax - La Mont Zeno Theatre. Black Fairy. Retour par Martin Roquette sur une pépite pour sampler et une oeuvre musicale, théâtrale, pédagogique au coeur de l'histoire afro-américaine créée il y a un peu plus de quarante ans.

Comment

JAMES MASON, RHYTHM OF LIFE

Comment

JAMES MASON, RHYTHM OF LIFE

James Mason - Rhythm of Life. Nouvelle livraison de Taillé dans la Wax, par Martin Roquette, qui a cette fois jeté son dévolu et sa science sur la pépite longtemps oubliée du label Chiaroscuro (1977).

Comment

La bossa-nova verte de Tom Jobim

La bossa-nova verte de Tom Jobim

Homme affable mais jamais dupe, Antonio Carlos Jobim était aussi un «  bon vivant ». Avec son compère Vinicius de Moraes, qui était pourtant son aîné de quatorze ans, en une complicité un brin potache, il se délectait à croquer la grâce féline des filles qui ondulaient vers la plage d’Ipanema. Il aimait les conversations qui roulent autour d’un verre de whisky avec beaucoup de glaçons comme on le boit au Brésil et la «  cerveja bem gelada ». Il avait même, à la fin de sa vie, une chaise «  captive » à Plataforma, un bar – restaurant de Rio.

Motor City : Detroit et le Jazz 2/2

Motor City : Detroit et le Jazz 2/2

On appela ça les droits civiques. Ou bien la lutte pour les droits civiques. En 1963, 250 000 personnes à Washington, derrière Martin Luther King qui raconte son rêve à la terre entière. Parlons d'oubli : un mois auparavant, juillet 1963, 200 000 marcheurs sont à Detroit. Avec le révérend King, et un autre homme de foi célèbre, officiant lui à Motor City. Le révérend Franklin, the million dollar voice selon son petit surnom qui résume tout ses prêches. Franklin, comme Aretha. C'est son père.

Motor City : Detroit et le jazz 1/2

Motor City : Detroit et le jazz 1/2

1960, un an après l'Apocalypse. Un an après Ornette, Kind of BlueGiant Steps, Blues & Roots et Ah Um... Ce que j'aurais aimé naître en 1945, je me dis parfois. 1960, la fin des illusions aussi. Depuis quelques temps, le jazz n'est plus la musique du peuple : on ne danse plus dessus depuis Parker et Gillespie, et le premier est déjà mort. Le rock est bien là, la Black Music a enfanté des monstres, au nom de rhythm & blues et de soul. Ray Charles, James Brown, Little Richard, bientôt Otis Redding, Sam Cooke et Aretha Franklin. Et j'en passe, ça allait si vite.

Claude Nougaro, brésilien de Paris ?

Claude Nougaro, brésilien de Paris ?

  Claude Nougaro, brésilien de Paris ? Philippe Lesage revient sur les connexions entre le chanteur toulousain et les traditions musicales brésiliennes, presque aussi présentes dans sa musique que le jazz, de "Berimbau" transformé en "Bidonville" à ses collaborations avec certains des plus grands musiciens brésiliens contemporains de Nougaro.

Des Zazous dans mon jazz

Un petit clic sur le clip  de Brigitte Fontaine: «  Y’a des zazous dans mon quartier » et c’est ainsi que naît l’idée d’une chronique sur le mouvement zazou qui a donné une impulsion jazzy à la chanson française. Dans Kekeland (2001) et avec le petit grain de folie qui la caractérise, avec ce décalage farfelu faussement innocent qui la rattache à une tradition qui remonterait à Trenet ; Brigitte Fontaine dépoussière en 2001 la chanson «  Ya des Zazous », enregistrée par Andrex en 1944. Le clip qu’elle partage avec M (Chédid) est un petit bijou Pop Art, joyeux, vif et coloré que je vous invite instamment à visionner mais ne manquez pas de le mettre en regard de la version princeps d’ANDREX qui, elle aussi, est gratinée.

Nougaro danse sur moi

Nougaro danse sur moi

Le Jazz et la Java - Nougaro danse sur moi. Dans le "Le Jazz et la Java", Philippe Lesage explore une fois par mois les liens entre jazz et chanson française et leurs histoires respectives. Une rubrique à retrouver sous sa forme radiophonique dans l'émission "Jazz & Co", animée par Bruno Guermonprez sur Radio Campus Paris, un lundi sur deux de 22h à minuit.

Les aventures d'Ahmed Abdul-Malik

Le monde des oubliés peut se diviser en deux catégories. Ceux qui sont oubliés parce qu'ils n'ont jamais tutoyé les sommets de l'histoire du jazz, et ceux qu'on a oubliés alors même que tout jazzophile les a forcément entendus, derrière un Coltrane ou un Monk. Ahmed Abdul-Malik a justement joué avec les deux derniers. Entre autres. Mieux : il est à la basse sur Misterioso de Monk, l'un des sommets de la discographie massivement géniale du pianiste schizophrène et iconoclaste.

L'anonymat du légendaire Hasaan Ibn Ali

Mon oublié du jour présente un avantage de taille dans le cercle des disparus : il n’aurait enregistré qu’un disque. Avec Max Roach.  Vous devinerez qu’il n’est pas batteur et je vous dirais que vous en avez sous la caboche. Parce que Hasaan Ibn Ali était pianiste. Un pianiste instable, avant-gardiste et mort jeune.