Glenn GouldBach Partitas

« J’ai reçu ces enregistrements à l’âge de cinq ans environ et ils ont nourri mon univers musical depuis. Ils sont les œuvres que je préfère de Bach au piano. » 

Art LandeThe Eccentricities of Earl Dant (Arch Records, 1977)

« Cet album m’a montré ce qu’il était possible de faire avec l’indépendance des mains dans un contexte jazz. L’improvisation est ici super créative et dessine de multiples paysages musicaux. »

Sonny Rollins, A Night at the Village Vanguard (Blue Note, 1957)

« L’exemple parfait pour ce que le jazz a de génial : une histoire, un rythme extraordinaire, des prises fantastiques sur des morceaux dont on peut vraiment s’imprégner. Sonny est pour moi l’indiscutable maître du jazz. »

Ornette ColemanTomorrow Is The Question (Contemporary Records, 1959)

« 60 ans plus tard, il est difficile de comprendre toute l’agitation qu’il y a eu à propos d’Ornette. Cette musique est lyrique, incroyablement bien exécutée et super mélodique. Tu peux entendre Bird (Charlie Parker) aussi bien que le blues ici. »

Charles MingusMingus Mingus Mingus (Impulse!, 1964)

« Un petit ensemble qui sonne comme un Ellington sous acide. Incroyable performance de tous les musiciens. C’est très puissant émotionnellement. »

Miles DavisFriday and Saturday Night at the Blackhawk (Columbia, 1961)

« L’accompagnement de Wynton pour Miles est miraculeux. J’aime le son live et relâché qui n’arrive pas systématiquement en studio. »

Joni MitchellBlue (Reprise Records, 1971)

Un album parfait de pop. Une production simple, de formidables morceaux… Son harmonie m’a poussé à vouloir comprendre les accords sans qu’ils soient nécessairement majeurs ou mineurs. Elle est l’une des plus grandes musiciennes. 

Earl Hines, Live at the New School (Chiaroscuro Records, 1977)

« Il était spectaculairement créatif, même durant ses dernières années. Son sens rythmique est sans égal. »

Tommy FlanaganThe Tommy Flanagan Tokyo Recital (Pablo Records, 1975)

« Principalement du Bill Strayhorn joué par le trio de Ella Fitzgerald dans cet album live. Le phrasé et son time sont impeccables. »

Herbie HancockSpeak Like A Child (Blue Note, 1968)

« L’instrumentation inhabituelle, les morceaux où il y a des cordes et le jeu inspiré de Herbie rendent mémorables tous les titres de cet album. »

Cecil Taylor Unit, Spring of Two Blue J's (Unit Core Records, 1974)

« C’est le premier album de Free jazz que j’ai possédé, en 1973. Il s’agit d’un enregistrement live de Cecil à son sommet. Très structuré et en même temps assez mystérieux. Il a une énergie inarretable ». 

Marthe Argerich, Gaspard de la Nuit (Ravel) (Deutsche Grammophon, 1975)

« La chose la plus proche d’une sonate pour piano qu’ait écrit Ravel. L’écriture pour piano à son apogée : les couleurs et l’utilisation de l’instrument autant que l’artisanat de cette pièce en fait l’une de mes favorites. »

The Best of Earth, Wind and Fire

« Le plus groove des groupes de R&B. Tout est dit. » 


autres articles

    

 

Comment

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out