Et Zoot ! en avant jazz

Djam Lab - par Florent Servia - 26 octobre 2017

Capture d’écran 2017-10-26 à 17.04.01.png

Dans les années 30, les costumes trop grands des amateurs de swing prirent la tournure d’une mode. Ces zoot suit devinrent l’uniforme incontournable d’intégration au milieu. 80 ans plus tard, ces jeunes parisiens épris de jazz reprennent le nom plutôt que la tenue et se taillent un costume à la mesure de leurs ambitions.

Ils ont la vingtaine et n’ont connu le jazz que dans son absence de public majeur. On leur répète à l’envie que ce sera dur sans que cela ne les empêche de sourire ni d’aller de l’avant avec un entrain déstabilisant. Pourquoi les gens n’aimeraient-ils pas le jazz ? Ils ne l’écoutent même plus ! Dans ce cas, le Zoot Collectif leur amènera. Dans le métro, par exemple, où ses musiciens ont mené une opération de marketing de survie… Un jeune musicien de jazz n’est pas un hurluberlu marginalisé. Et ce même s’il joue le jazz dans sa tradition la plus forte. Les musiciens du Zoot revendiquent l'héritage du swing et du bop et s’acharnent à le diffuser avec la foi en un succès futur. Ils n’ont pas le choix.

Aujourd’hui, se consacrer au jazz straightahead est perçu comme un cantonnement néfaste par une partie de la profession qui n’ose avouer son sentiment tout haut. Qu’est-ce qui se vend ? En l’état actuel des choses, pas ça. Il faut en avoir conscience avant de jouer les Don Quichotte. Au Zoot Collectif, on ne croit pas à moitié. Neil Saidi motive les troupes en poisson-pilote, aguerri par une expérience new-yorkaise d’un an. « En revenant de NY, j’ai voulu qu’il se passe quelque chose, qu’on s’organise. Parce que les gigs dans les petits bars c’est bien mais… ». Le collectif se constitue avec le guitariste Clément Trimouille, vieux pote rencontré dès les premières années Conservatoire à Paris ; Pablo Campos, pianiste passé par Sciences Po Bordeaux ; le trompettiste Noé Codjia et Clément Daldosso, tous deux rencontrés lors des jams satellites du festival Jazz in Marciac. Après les premiers rendez-vous multipliés sur les scènes parisiennes, les premiers E.P sortent sous différentes formations et avec de nouveaux membres : le quartet Purple Gazelle, le Zoot Octet ou le trio de Clément Trimouille. Des occasions multiples de mettre au propre leurs aptitudes de compositeurs et arrangeurs nourris du travail des piliers du jazz tels que Barney Kessel ou Kenny Burell pour un Clément Trimouille brillant de tradition.

Avec Purple Gazelle, un deuxième E.P autour de Basquiat est en projet, alors que le quartet a récemment entamé une résidence mensuelle au Bab’ilo. « On a invité Alain Jean-Marie. A chaque fois on va inviter un tonton. Une fois qu’on aura enregistré on veut démarcher des festivals. Je ne l’ai jamais fait, pour aucun de mes projets. Et ça me démange. Je sais que ça va être chaud, qu’on va tenter plein de trucs sans avoir beaucoup de réponses. Mais je suis pressé de me lancer », raconte Neil Saidi. Conscients que leurs opportunités croitront avec l’ambition, le Zoot Octet s’est adjoint les services d’un quatuor à cordes classique de musiciens étudiants du CNSMP, comme certains d’entre eux. A croire qu'ils ne sont pas si sourds aux chants des sirènes actuelles. Car depuis quelques années la mode est aux formations orchestrales (cf Jazz News n°65). Avishai Cohen s'y est essayé, mais aussi Stacey Kent et Sylvain Rifflet plus récemment.

Millenials

Se dédier au jazz ne leur a pas mis d'œillères sur une époque où toutes les niches s'appliquent à survivre. Il faut communiquer. Et leurs tentatives pour  pour déringardiser par l'image un genre où le découragement chronique de ses acteurs se normalise nous a séduit. C'en est presque touchant. Pas encore complètement rodés à l'art de la vidéo, leurs essais donnent le ton d'un rafraîchissement qu'il faut chérir et encourager. Avec l'espoir qu'à l'avenir des moyens leur soient offerts pour qu'une direction artistique remplace le do it yourself  chronophage. Sans que la vie, l'insouciance et l'humour ne disparaissent.

Écouter : https://www.zootcollectif.com/

Prochains concerts :

28 octobre, Zoot octet + strings, La Petite Halle, Paris


Autres articles

Comment