Noël approchant, on s'est dit à Djam qu'il était bon de chroniquer au moins un de ces albums prototypiques à servir avec la dinde aux marrons - on relira d'ailleurs à l'occasion l'article satirique de notre ami Pierre, histoire de ne pas soustraire notre esprit critique aux séductions diablotines de la nativité... It's a holiday soul party. Le titre annonce la couleur. La recette n'est guère originale. De fait, sous les guirlandes et les lumières pailletées qui célèbrent la naissance de l'enfant Jésus, c'est toujours du Sharon Jones : les percus de sa team new-yorkaise font du zèle, les cuivres rodés et savoureux de ses lutins malicieux réitèrent leurs sempiternelles propositions musicales, envolées souples et énergiques dialoguant comme toujours avec les voix de Saul & Starr, ses deux choristes fétiches qui, malgré leur succès solo flambant neuf, n'en demeurent pas moins fidèles à leur « mécène ». Halleluiah !

Reste que ce nouvel opus de Sharon Jones étonne. Sa soul R&B imprègne à ce point nos chers classiques de Noël (« Silent night », « White Christmas ») qu'on peine parfois à reconnaître les morceaux. « Silent night », sous les feux énergiques de ses projecteurs - trop? - festifs et funky, devient l'authentique monstration d'une puissance soul qui culmine au point de se perdre parfois. Avec Sharon, on est moins dans le sacré que dans les festivités. Ainsi le morceau liminaire (« 8 Days (of Hanukkah) ») n'a de solennité religieuse que le titre. L'esprit de la Soul dominerait-il in fine l'esprit de Noël ?..

On n'est pas loin de penser que cette « Soul Party » devient une véritable joute d'esprit à esprit qui déroute l'oreille avide d'harmonie de l'auditeur. Si ce sentiment d'hétérogénéité tend à s'estomper au fil des écoutes, il confère néanmoins à l'album un goût incongru, sinon amer, que la sacro-sainte tribu des adeptes de la diva (dont je fais partie) peinera peut-être à balayer. La responsabilité incomberait-elle aux chants de Noël ? Ce serait la question à poser. C'est donc sur un sentiment mitigé que l'auditeur refermera cet opus : les intros souvent faibles voire inesthétiques des trois accords de « Just another christmas song » aux grelots de « Silent night », l'intro vraiment bruyante de « God rest ye merry gents », la simplicité de certains morceaux (« Big bulbs »), etc. Déceptions qui contrastent avec d'authentiques réussites musicales, tel « Just another christmas song » qui pourrait ainsi figurer dans le top 5 des morceaux à écouter ce mois de décembre - à l'instar sans doute de l'euphorisant « White Christmas », de « Please Come Home for Chrismas » ou de « World of love » dont les langoureuses mélodies accompagneront à merveille les chocolats chauds et les traditionnelles veillées au coin du feu.

La conclusion à tirer de tout ceci : à vouloir trop en faire, Sharon frôle la caricature. Malgré tout, on aura plaisir à écouter cette célébration qui ne prétend à rien d'autres que la promesse de son titre : une introduction festive de la soul dans le paysage de fin d'année. À écouter donc pour se faire une idée. Après tout, it is « just another christmas song »...

Agathe Boschel

Sharon Jones & The Dap-Kings, It's A Holiday Soul Party, Dapton Records, sortie le 30 octobre 2015

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out