R-11207174-1511870481-8096.jpeg.jpg

Reggie Washington, Rainbow Shadow Vol 2 : A tribute to Jef Lee Johnson


La mémoire de l’ami ne s’effaçant pas en un jour, le bassiste Reggie Washington propose un second hommage à Jef Lee Johnson, en s’entourant cette fois-ci de DJ Grazzhoppa (platines et samples, aux arrangements sur certains titres ; toujours pertinent dans ses interventions), de l’excellent guitariste Marvin Sewell et du batteur Patrick Dorcéan, lui déjà présent dans le Volume 1, et de quelques invités comme le guitariste Hervé Samb.


Comme Jef Lee Johnson, Reggie Washington a fait partie de l’école exigeante qu’était le Decoding Society de Ronald Shannon Jackson ; ce qui a favorisé de longs échanges autour des secrets de la musique dans tous ses éclats. Pour défendre l’esprit et la lettre de l’ami, Reggie Washington tient à valoriser le travail compositionnel de celui qui est parti à l’âge de 55 ans le 28 janvier 2013 et dont on ne retient que la dimension de guitariste virtuose accompagnateur de D’Angelo, Aretha Franklin ou Billy Joel en oubliant la qualité de ses albums personnels comme News From The jungle ou The Zimmerman Shadow, autour de grandes chansons de Bob Dylan.


Ce second volume exploite pour l’essentiel des compositions de Jef Lee Johnson en un esprit gorgé de R&B, de soul, de funk et de rock noisy. Les grooves binaires drivés par la basse omni présente décrassent les tympans. C’est souvent très réussi et les griffures électroniques jamais anodines ne sont nullement envahissantes. On peut trouver l’ensemble un peu longuet, trop léché en post-production ; c’est pourquoi on valorisera les deux longues plages captées en live à Stuttgart (« Blind Willie Mc Tell ») et à Montpellier (« The Moon Keep Telling Things ») tout en admettant que la prestation d’Hervé Samb sur « Cake » est passionnante comme l’est aussi la bataille épique des guitaristes Jim Hazel, Ronny Drayton et Marvin Sewell sur « Sizzlean ».

Chroniques - par Philippe Lesage - 5 mars 2018


Autres articles

Comment