King Biscuit, Well, Well, Well (Label Vibrant / Musicast)

Et si le célèbre jeu télévisé de Questions pour un champion vous demandait ce qu'est King Biscuit ?
a) Une émission de radio américaine,
b) Un festival de blues aux USA,
c) La traduction anglaise du célèbre biscuit de Montbozon,
d) Un groupe de blues de la région de Rouen.

 

Les quatre réponses seraient exactes :
a) King Biscuit Time est une émission quotidienne de radio américaine diffusée chaque jour de la semaine à Helena Arkansas, États-Unis, depuis le 21 novembre 1941.
b) Le King Biscuit Blues Festival, est un festival de blues fondé en 1986 dans l'Arkansas.
c) Le roi des desserts ou Le dessert des rois, allias le biscuit de Montbozon est une spécialité de pâtisserie d'un village haut-saônois de Montbozon (France), dont la recette a été transmise par un pâtissier de Louis XVI.
d)King Biscuit est un groupe de blues crée par le Sylvain Choinier membre du collectif les vibrants défricheurs.


Il va de soit que c'est vers ce King Biscuit là, qu'aujourd'hui notre intérêt se porte.
Cet ensemble avait déjà sorti en 2015 un premier album, Shake Shake Shake, remarquable par un son très identifiable. Son fondateur nous raconte qu'il leur a fallu, à lui même et son compère Fred Jouhannet, entre six mois et un an pour trouver le son de King Biscuit. Et le résultat est stupéfiant. Il dévoile la signature sonore d'un vieux blues rural des années 1950 avec des sons électriques, et ce même si les musiciens ne sont pas du Mississipi. Pour créer leur identité, ils ont utilisé un violon-banjo, un violon-cannette, un micro d'harmonica sans harmonica, un ventilateur de poche, des estrades amplifiées et une guitare trafiquée.


Dans « Down and Below ( Slow Version) » la distorsion de la guitare dès les premières notes nous transporte dans une ambiancepoussiéreuse des bas fonds du sud des États-Unise, quand le changement de tempo dans « Down and Below ( Fast Version) » instaure l'atmosphère d'un western. Des impressions qui prennent sens sous les mots du guitariste du projet : « J’ai été très touché par l’authenticité de ce vieux blues. C’est une musique tellement dépouillée que l’on sent la personne qui joue… ».

Le respect des anciens est d'ailleurs dans le titre de l’album. Well, Well, Well, ou un hommage au défunt sorcier du blues R.L. Burnside. Chaque titre nous interpelle. A noter « Holy Land » où la très belle voix du fondateur du groupe délivre une balade très joyeuse, comme le style blues du Mississipi le réclame. Mais c'est« Turn Out » où le violoniste utilise toutes les possibilités de son instrument - piccato, gamme orientale -  qui nous emmène le plus loin dans un déferlement d'énergie. Du début jusqu'à la fin, cet album donne une pêche royale !

Sylvain Choinier : compositions, guitare, chant, pied - Fred Jouhannet : co-pilote de road-trip, violons, bizarreries, pied - Johan Guidou : percussions, voix, cordes, clavier -Julien Loutelier : batterie fine.


Chroniques - par Jean-Constantin Colletto - 6 mars 2017


Autres articles

Comment

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out