15675560.jpg

Immanquable!

Sharon Jones & The Dap-Kings, Soul Of A Woman (Daptone)

Etrange sentiment que d’écouter un album posthume - présenté comme un dernier témoignage – d’une artiste dont il n’y aura plus a priori d’inédits. Même un an après son décès, Sharon Jones semble toujours bien vivante et au sommet de son talent sur cette ultime révérence.

 

Si les disques Give The People What They Want et It’s A Holiday Soul Party n’étaient pas mauvais, nous étions restés dans l’attente d’un ensemble plus consistant.  C’est chose faite avec ce Soul Of A Woman, dont la première partie est là plus enlevée ; sans que cela n’empêche des alternances entre des rythmiques engageantes tel que « Come and be a winner », une douce envolée à la frontière de la latin soul, et des tempos lents typiques de love songs comme « Pass me by » . La suite est plus intimiste : de l’espoir mais aussi des messages contraires se répondent avec la même intensité toujours porté par une Sharon Jones poignante, en symbiose avec ses divines choristes Saun & Starr. Les arrangements sont riches et raffinés, la production « rétro » mais soignée, les Dap-Kings plus que jamais ancrés dans leur musique et augmentés de la section corde du Bushwick Philarmonic sur le fracassant « Girl ! (You Got To Forgive Him) ». Final parfait avec « Call On God » appuyé par une chorale gospel pour faire les choses en grand avant de refermer le rideau.

La chanteuse et ses musiciens ont souvent étaient étiquetés revival soul, mais plus qu’une pâle copie, leur musique s’inscrit dans la continuité de James Brown, Motown, Dave Hamilton, Curtis Mayfield ou Isaac Hayes et David Porter. De cette identité sous influences, Sharon Jones a taillé sa place dans l’histoire d’un genre et l’on ne peut qu’admirer sa carrière qui a démarré sur le tard (à 40 ans) pour une consécration qui s’est faite sur la durée, petit à petit. Même sortie de l’hôpital, en rémission de son cancer, elle était retournée rapidement sur scène et en studio. En plus de bouleverser par sa musique, la diva de la soul nous aura donné une leçon de vie, faite de détermination et de courage.

A lire, Brooklyn Soulies, notre reportage sur Daptone Records et Big Crown Records, à New York !

Chroniques - par Hugues Marly - 7 décembre 2017

11h11_djam_pub.gif

Autres articles

 

 

 

Comment

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out