Mick Jenkins The Healing Component – (Cinematic)

Mick Jenkins revient avec « The Healing Component » une nouvelle mixtape de 15 titres hautement spirituels et introspectifs. Pour satisfaire ses fans de la première heure et les plus récents (…) il s’est entouré d’artistes dans l’air du temps, à commencer par Kaytranada, Sango, ou encore BadBadNotGood, à la croisée des mondes entre le disco, l’électro et des titres rap. 

Assez sérieux dans son genre, l’album n’a qu’une seule et unique devise en filigrane : « répandre l’amour »  à l’image du titre éponyme « Spread Love » (Prod. Sango) teinté d’une touche de gospel.  S’inspirant du grand Biggie (Notorious BIG) et de son mantra « Spread Love, it’s the Brooklyn Way », Mick Jenkins veut tenir la dragée haute à NYC, et prouver toute la légitimité de Chicago. Une ville de cœur, où il a tissé des liens forts avec des artistes prometteurs de la Windy City, à commencer par le talentueux TheMIND issu du collectif THEMpeople. 

Cette nouvelle mixtape en dit long sur le degré de maturité de Mick Jenkins et sur sa prise de recul par rapport à ses coreligionnaires qui s’accrochent à leurs sempiternels marronniers : le tout puissant tryptique sex, drug & guns est devenu légion dans le rap game.  

Sans aucune prétention, ni vocation à s’imposer comme un donneur de leçons Jenkins aborde des sujets tels que l’estime de soi, l’altruisme, et la fraternité d’une manière très spirituelle. Mais il évoque également ses addictions à l’alcool, la weed comme sur « 1000 Xans » (Prod. TheMIND) mais aussi via le titre éponyme « The Healing Component » raccourci et travesti en « THC » enfin ponctué de bruitage d’électrocardiogramme. Comme si quelque part il était temps de sortir de son état comateux, et qu’il jugeait vraiment bon de se purifier. 

Dans « As see in Bethsaida » (Prod. TheMiIND aka Wilder) et « The Healing Component » il évoque toujours sa même fascination messianique, à coups de recommandations « Spread Love, try to combat sadness » et fait même allusion à des références bibliques « Treat the next man like your brother ». A croire que Mick Jenkins a de vraies névroses ! 

Mais s’il y a bien un bijou à lister comme étant LE titre qu’il faudra retenir, c’est bien “Strange Love” qui aura fini de mettre tout le monde d’accord, avec une prestation rap pleine d’amour, mesurée et construite, qui pourrait gagner haut la main le titre de « baby making music »


Autres articles

Comment

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out