Mac MillerThe Divine Feminine (Warner Bros Records)

A peine sorti The Divine Feminine, le nouvel EP de Mac Miller est déjà présenté au superlatif, comme étant l’album le plus concis et abouti de sa carrière. Alors est-ce mentir ? 

Clairement non ! Mac Miller nous offre de la douceur, et des collaborations d’exception avec des pointures dont le pedigree n’est plus à présenter, à commencer par Kenderick Lamar avec « God is Fair, Sexy Nasty », « We » (Feat. Ceelo Green), et « Dang » (Feat. Anderson Paak). 

Contre toute attente, Mac Miller ne rappe presque pas sur cet album, réservant une place prépondérante au chant, notamment sur le titre « Go is Fair, Sexy Nasty » (feat Kendrick Lamar) qui aurait pu être attendu légitimement comme LE titre rap de l’EP. Curieusement le morceau se veut plutôt très sérieux, et se termine sur de nombreux accords de piano qui laissent place au témoignage d’une femme veuve évoquant rétrospectivement - et avec émotion - sa rencontre avec celui qui a été l’homme de sa vie. 

 « The Divine Feminine » n’est pas seulement une déclaration à la femme, il dissèque le concept d’amour à travers des mélodies et des tonalités variables associées à différents portraits amoureux : de la romance cheesy, à l’histoire passionnelle, en passant par le one-night stand hyper sensuel. Mais en filigrane Mac Miller semble plutôt vouloir dessiner les contours d’un huis-clos musical, où le désir serait un élixir de vie, jouant sur un registre musical éclectique mais éminemment soulful

Alors forcément, cet album n’est pas seulement une heureuse coïncidence du calendrier, puisqu’il tombe à un moment plutôt opportun alors même que Mac Miller et Arianna Grande ont semble-t-il tout juste officialisé leur relation après des années de rumeurs depuis la sortie du clip « The Way » en 2013. 

Une romance qui devait forcément être signée et portée en musique, et c’est avec le titre « My Favorite Part » que Mac Miller et Arianna Grande officialisent leur relation sur le plan artistique, restant avant tout et surtout des artistes, avant d’être des faiseurs de buzz. Car avec ce titre, ils prouvent aussi qu’à l’instar de leur relation, leur carrière n’en est plus au stade embryonnaire. 

Enfin, loin d’être une épopée musicale fleur bleue, l’album aborde l’amour de manière décomplexée, mais aussi et surtout le sexe, et les sens, à l’image des titres « Skin » et « Stay » qui rappellent que l’EP est aussi un voyage sensuel et charnel.


articles

Comment