Bishop Nehru - Magic 19

Dans la pléthore de emcees qu’offre la scène New-Yorkaise, sortir du lot se révèle être un parcours du combattant. Mais Markel Scott a.k.a Bishop Nehru n’est pas là pour faire de la figuration. A dix-neuf ans seulement, le jeune prodige originaire de Rockland a plusieurs EP à son actif et un album collaboratif avec MF DOOM le dénommé NehruvianDOOM. Ce faisant, il tape dans l’oeil d’un poids lourd du rap new-yorkais et du rap U.S : Nas, qui produira son prochain LP.

En attendant et en guise d’amuse-bouche, Bishop nous sert sur un plateau son Magic 19, mixtape de 11 titres auto-produite dans sa quasi totalité que l’on peut télécharger gratuitement sur plusieurs plateformes.

La tape s’ouvre avec « Did I find it » qui pose les bases, à savoir des lyrics puissants (« Never blind cause i'm true to my own mind in my heart on my sleeves where I wear mine »)  qui atteste la profonde maturité du mc. L’écriture de Bishop est claire et sans fioritures, il met sur papier les revers qu’il a subi soulevant la question de savoir s’il y tire une quelconque force. Sûrement, au vu de son jeune parcours. Il se permet de bouleverser la structure habituelle d'un morceau en se passant parfois de refrains, comme sur la première track : “Life’s dark and the light switch you have to find. Did I find it or am I blinded?”. Les beats quant à eux sont variés. Sur ce même son il sample quelques extraits du film Batman Begins, prouvant ainsi qu'il utilise des références intemporelles - la couverture « matrixielle » de la tape ne le démentira pas.  

« One Of a Kind ». L’intitulé du son pourrait tromper l’auditeur : le garçon n’est pas spécialement adepte de l’ego trip. Il utilise un backdrop lourd, parsemé de quelques coups de synthé, qui donne à la track un aspect menaçant, annonçant qu’il va falloir compter sur lui à l’avenir. Il invite son pote Bilbo à produire « he the man » pianotant sur un rythme lent mais contrastant avec le flow enivrant de Bishop.   Sur « How it goes » il s’affiche comme étant déjà résigné malgré son jeune âge « Days turn nights / Close friends turn foes / That’s how it goes… ». Mais la cerise de la mixtape est sans conteste le « Midnight Reflecting » produit par Ricky Reasonz et GRiMM Doza qui utilise en toile de fond une ambiance jazz sur lequel ils ajoutent des bruitages de blaster digne des space opera que Bishop lui-même décrit comme« dope like Powder » - où il n'est bien entendu pas question de talc. 

Magic 19 se présente comme un porte folio du savoir-faire de Bishop Nehru en tant que producteur, casquette qu’il n’avait endossé qu'à peu d’occasions auparavant. Cette mixtape assure à Bishop une place de choix à côté des mastodontes New Yorkais.


Autres Chroniques

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out