Vieux Kanté, The Young Man’s Harp » ( kamalé n’goni) (Sterns Music)

On l’appelait Vieux Kanté, va savoir pourquoi, parce queson vrai nom était Noumoussa Sumaoro.  Non – voyant de naissance, il écoute attentivement les musiques diverses déversées par les radios, et alors que ses frères travaillent dans les champs, il s’évertue à apprendre la musique et à jouer des instruments qu’ils laissaient à la maison. Vite, il maîtrise le kameme n’goni, une harpe à six cordes créée dans les années soixante et qui donc peut être jouée en dehors des cérémonies traditionnelles.

Repensant la lutherie, il fait évoluer l’instrument en demandant d’ajouter des cordes pour en arriver à une harpe à douze cordes qui permet un saut d’une octave ; ce qui  permet de sortir de la gamme pentatonique et d’aller vers des tonalités en majeur ou en mineur. Parallèlement, il monte une formation qui comprend deux kamele n’goni, une guitare basse, un djembe et une batterie ainsi que deux chanteurs. C’est elle que l’on entend sur ce disque qui mérite plus qu’un détour.

Lors de son décès inattendu à l’âge de 31 ans, en 2005, Vieux Kanté entrait en studio mais les bandes disparaîtront. Il n’existait donc pas jusqu’à ce jour d’enregistrement du musicien en leader/ Entretemps, il s’était produit, à Bamako, maintes fois avec le chanteur Salif Keita et Toumaré Diabaté.

On prend un vif plaisir à l’écoute des textures variées, des rythmes hypnotiques, à ce mix qui modernise aux couleurs rock, blues et reggae la musique patrimoniale malienne (la dimension envoutantes des mélodies et des rythmes, les sons aigrelets des cordes, le timbre des voix) d’autant que les improvisations jaillissent avec un tel naturel qu’on en oublie la pigmentation fusion qui pourrait sonner insincère. Les interventions vocales de Kabadjan Diakité sur trois titres ajoutent à l’envoutement.


Autres articles

Comment

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out