La sobriété des premières notes rappellerait presque le duo Veras/Besson. On retrouve ce son étouffé à la trompette. Mais il n’est pas celui de l’artiste française (jazz) de l’année 2014.  Ici le guitariste brésilien est accompagné des guadeloupéens Franck Nicolas (bugle/trompette/mélodica/rhodes) et Sonny Troupé (batterie, Gwo-Ka & casseroles) pour un disque aux couleurs caribéennes assumées. Le trio soleil joue ses gammes guadeloupéennes. Franck Nicolas appelle ça du jazz-ka. Du jazz et du gwo-ka* avec le sourire du grand soleil en toile de fond.

Le trompettiste guadeloupéen poursuit là une série débutée en 2002, les Jazz Ka Philosophie, dont les Gammes Guadeloupéennes est le 9ème opus. Sonny Troupé en est à sa 4ème apparition. Alain Jean-Marie, Mario Canonge, Magic Malik, Jacques Schwarz-Bart ou Gregory Privat en sont d’autres habitués, soit toute une petite troupe bien connue dans le paysage parisien des dernières décennies et qui reflète avec justesse le goût qui se développe dans la capitale pour les métissages musicaux avec l’Afrique et les Caraïbes notamment.

Que le jazz-ka soit officiellement un instrument de métissage et de paix m’arrange. Je comptais insister sur sa douceur. Sans flamber, Franck Nicolas en est tributaire par ce jeu à voix basse au timbre clair. Un long murmure souffleté auquel Sonny Troupé apporte les rythmes ka. Les variations de tempo ne changeront rien à cette impression de lenteur. Et tant mieux, parce qu’on s’abandonne avec envie à cette torpeur lyrique aux noms évocateurs : “Phrasé des grillons”, “Gamme de l’Océan”, “Gamme Marakudja” (ou “fruit de la passion” pour nous autres métropolitains), “Gamme Soleil”... Une titraille qui ne laisse pas de doute sur l’ancrage géographique du projet. La guadeloupe, les chants créoles qui apparaissent ponctuellement… sans être toujours une plus-value. Mais le projet est honnête de bout en bout et Franck Nicolas suit le chemin de son coeur avec ténacité.

La deuxième demi-douzaine de morceaux vous paraîtra peut-être étrange ou anecdotique par ses formes succinctes, proches de l’interlude.  Pas de panique, ce n’est que la partie pédagogique. Une revisitation d’une série de gammes guadeloupéennes avec guitare et percussions, un playback pour soufflants en quête de chaleurs antillaises. La petite astuce consistant à couper le canal à gauche de votre stéréo et réduire ainsi au silence le trompettiste. Si d’aventure il vous fatiguait…  À vous de faire mieux que Franck Nicolas - qui propose humblement de s’effacer de son propre disque, pour la promotion du jazz ka, son cher et tendre - sur ces 13 playbacks à vocation pédagogique.

Seul bémol (d’envergure), cette vaste blague qu’est le design général donné au disque. Les amis, pour vendre il faut séduire le consommateur. On recommandera à toute personne censée de laisser son jugement de côté -la pochette ne fait pas le jazz (mais quand même !)- et de s’empresser de déceler derrière l’impressionnisme guadeloupéen, la main de maître du brésilien Nelson Veras !

*genre musical guadeloupéen principalement joué avec les tambours ka.

Florent Servia