a2585713147_10
a2585713147_10

Le changement est la chimère des esprits trop engagés. Mais, comme il est bon d’être engagé, le propos - en l’occurrence la musique - est parfois moins important que son questionnement plus ou moins implicite. Précisons :

Shamanes

s’habille d’une esthétique hallucinée… susceptible de déranger. Difficile d’y adhérer au premier abord ! Mais après plusieurs écoutes, force est d’admettre que l’on perçoit chez ce trio - composé des multi-instrumentistes Isabelle Calvo (chant, piano, harmonium, tambour) et Arnaud Bécaus (piano, rhodes, mélodica), ainsi que du batteur Charles Duytschaever -, une certaine forme de conceptualisation de la musique, trop rare en ces temps-ci : un travail d’ancrage aux thèmes des éléments (« La Terre », « Agua », « Le Feu », « Le Vent ») qui, par ses influences progressives, poétiques et rock (le reprise du titre « Black Hole Sun » des Soundgarden), donne l’impression d’une remise en question nécessaire du lyrisme contemporain, épuré de toute entreprise aventureuse par peur de la critique.

Le duo assène alors quelques coups de marteaux aux codes déontologiques du jazz moderne, feutré et habile (Tigran, Shai, Ziv, Yaron, Gilad…),  - ambiance lysergique (« Ayahuasca ») où quiétude et quérulence peuvent parfois s’opposer,

spoken word

quasi radiophonique et contestataire, à mi-chemin entre la plainte et l’angélisme,. Plus innatendue, cette idée plaisante de nature mystique et de femmes en toile de fond ; dont on ne saurait pourtant dire si, par son parti pris stylistique mystico-écolo-engagé, Lilith Duo & Drums « tape dans le vrai ».

Sous couvert d’une homogénéité entre thèmes, décors et théâtralité, le travail d’écriture indéniablement sophistiqué donne une réplique alternative et peut-être irritante à ce qu’est le jazz de 2015, si marqué parfois par le fer de la virtuosité légère et nonchalante...  Plus pénétrante encore, cette volonté de formuler une réponse d’instantanéité sauvage tendant à vouloir contourner les « préconçus » du style, non sans dévoyer quelquefois l’histoire du genre. S’il n’est pas difficile de percevoir la profondeur culturelle qui se dégage en toute bienveillance d’une telle entreprise, la nécessité de tirer de ses tripes une espèce de lyrisme anticonformiste mais toujours spirituel, ne brillera pas pour tous de la même évidence… A défaut de plaire au plus grand nombre, c’est de manière unanime que ce trio convaincra par sa sincérité et la force brute qu’il dégage. Mieux encore, Lilith Duo & Drums peut se targuer de jouer une musique rare; un coup de gueule renchérissant l’éternel et stérile débat du «

c’est quoi le jazz ?

»

Alexandre Lemaire

Lilith Duo & Drums - Shamanes, 2015