Gal Costa, India (Mr Bongo)

Le Brésil des « seventies » ne goute pas le même vent de liberté qui souffle alors de la vieille Europe aux Etats Unis ! Le parfum des power flowers et la rumeur lointaine de Woodstock sont étouffés par la dictature militaire qui a pris le contrôle du pays quelques années plus tôt.

Dans ce contexte politique où règne la censure, alors que seul l’art « populaire » connaît les faveurs du gouvernement, quelques insoumis bravent l’autorité et insufflent l’esprit hippie dans une société sous pression, à travers leur musique. Gal Costa, jeune chanteuse à la voix suave et sophistiquée, incarne avec fraîcheur ce nouveau courant que l’on nommera Tropicalia, en référence au titre de l’un de ses albums manifestes.

Cette réédition par Mr Bongo de cet opus enregistré en 1973 par la chanteuse a valeur de témoignage historique. India illustre à merveille une volonté de s’ouvrir au monde et d’intégrer (ici avec intelligence) les influences du Jazz, du Rock, et du Funk, en niant le nationalisme décrété par le pouvoir en place (qui censurera la pochette de l’album à l’époque). Sur cette musique aux accents psychédéliques et à vocation universaliste, Gal Costa pose avec nonchalance sa voix aux reflets chatoyants et aux mille nuances. Dans une richesse d’interprétation qui ne lasse de surprendre de piste en piste, avec une simplicité désarmante, elle traduit l’âpreté de la vie quotidienne au Brésil tout en chantant l’espoir d’une génération pour des lendemains meilleurs.

La sensualité de la chanteuse transpire au travers des titres de cet opus tropical et donne toute son âme à un album aux inspirations variées. Parmi les perles qui en parsèment les pistes, « Pontos de Luz », qui brille d’un éclat particulier (« tâches de lumière »), n’a pas échappé au producteur canado-haïtien Kaytranada qui reprend le morceau dans son titre « Lite Spots ». A (re)découvrir d’urgence, à la fois témoignage historique et œuvre intemporelle, cette réédition de « India » présente avec élégance la fougue candide du chant d’une Gal Costa des premières heures dans des écrins tissés par les plus grands noms de la musique brésilienne (Gilberto Gil et Arthur Verocai entre autres).

Chroniques - par Xavier Leblanc - 4 août 2017


Autres articles

Comment

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out