Bim Bam Orchestra, Break your Border (Mud Club/Inouïe Distribution)

Faisons sauter les frontières !

A l’heure ou le repli identitaire et la montée des communautarismes menacent le vieux continent, à l’instant même ou certains envisagent de murer les frontières du nouveau continent, le collectif parisien Bim Bam Orchestra sort un nouvel album métissé, faisant la démonstration que la culture voyage librement depuis toujours, en dépit des obstacles et des vents contraires.

 

Créé il y a presque 10 ans, ce groupe de 15 musiciens issus d’horizons différents prouve au quotidien qu’il est possible de construire ensemble un projet commun, tout en conjuguant influences afrobeat, latines et hip hop. Ce deuxième opus, très justement intitulé Break Your Border , distille, dans la bonne humeur irrésistible qui caractérise le groupe, un groove funk (porté notamment par les riffs de guitare de Tristan Brachet) à l’énergie afro-beat affirmée.

Les lignes mélodiques, chantées en anglais, évoquent les thèmes de l’éthio-jazz des années 70 et portent des messages simples (« express yourself » ; « let the freedom reign » ; « you can listen to your heart »). On retrouvera dans cet album l’insouciance faussement naïve d’un Francis Bebey (ecouter « Playground », en particulier).

Cette musique du bonheur qui invite à la transe décline inlassablement une recette à l’efficacité bien rodée. L'afrobeat de la section basse/batterie/percussion servent de matrice aux chants (renforcés par les chœurs). Le liant est assuré par les accords du Rhodes, de l’orgue ou de la guitare qui explorent et enrichissent les harmonies de chaque morceau. Les cuivres viennent tour à tour souligner les mélodies de leurs riffs, ou bousculer la rythmique comme l’on souffle sur la flamme d’une bougie pour en perturber la danse sans jamais l’éteindre.

Au sein du groupe, enfin, les instruments changent parfois de mains pour achever le brassage des cultures et la cohésion du collectif. Let’s break the borders !

Marine Stephan et Raphaël Dupleix – batterie ; François Lelouarn / Marine Stephan / Raphaël Dupleix – percussions ; Germain Brechot – Congas ; Samuel Hirsch – basse ; Tristan Brachet – guitare ; Olivier Morice – claviers ; Bastien Ferrez – sax baryton ; Grégory Bruneaux – Sax tenor ; Michaël Havard – Sax Soprano/Sopranino ; Nicolas Bongrand – trombone ; Valentin Pellet – trompette ; Julie Kpere, Deal’M, Jérémi Nureni Banafunzy, Samuel Hirsch – chant.


Autres articles

                 

Comment