Le guitariste flamenco Myrddin, tant dans son jeu que dans le choix des arrangements de l’album Rosa de Papel, s’inscrit dans les pas de de Paco de Lucia, de Tomatito, de Carles Benavent et de Jorge Pardo et on ne lui en fera pas injure car il n’est pas un vil imitateur.

«  Rosa de Papel » est à la fois le nom de l’album et le titre d’une chanson sur un poème de Federico Garcia Lorca. Pourquoi puiser une inspiration chez celui qui était aussi compositeur et dont les vers ont une résonnance musicale ? La réponse est multiple et à la fois simple : Lorca aimait la créativité sans artifice des chants du peuple, il créa le festival de « Cante Jondo » à Grenade en 1922, écrivit un joli opuscule sur ce qu’est ou pourrait être le «  duende » et pour cela, entre autres, fut assassiné par les sbires de Franco (en hommage, la grande chanteuse gitane Nina de Los Peines fit un concert à Madrid quelques jours après sa mort). Deux chanteuses illuminent le disque : Alicia Carrasco dans « Aire Nocturno », La Susi dans «  Deseo « où elle fait vibrer les mélismes en un déploiement de raucités gutturales bien dans la tradition gitane. Côté choix du répertoire, on peut relever cinq compositions du guitariste bien en harmonie avec le reste du disque mais plus étrange sont les emprunts à Brassens («  Trompetas de la Fama », en particulier). Est-ce pour la dimension libertaire du bonhomme qui fut traduit en espagnol par Paco Ibanez ?

Les plages en duo avec le pianiste Jef Neve sont éblouissantes et me font penser au disque «  Miltons » où Herbie Hancock dialogue avec le chanteur brésilien Milton Nascimento voire au plus «  hispanisant » qu’est l’album Spain où le guitariste Tomatito se confronte au piano de Michel Camilo. A la flûte, Michael Campagna sonne à l’égal de Jorge Pardo mais lorsqu’il embouche son sax comme sur la longue plage de « Vigdis » (environ 15 mn) ou sur «  Deseo », il dérive vers un jazz personnel aux envolées lyriques saisissantes.

Outre un réel désir de les découvrir en «  live », j’irais bien place Flagey, commune d’Ixelles à Bruxelles, le dimanche matin, jour de marché, partager huitres et vin blanc avec Myrddin et ses musiciens pour mieux cerner leurs antécédents, les références qu’ils se choisissent et comment ils entendent se projeter dans l’avenir.

Philippe Lesage

Myrddin, Rosa de Papel, Zephyrus Records, 2015

Comment

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out