Clotilde Rullaud chante avec passion, c'est le moins que l'on puisse dire à la vue de toute cette joie qui l'anime. Rarement ai-je vu d'artiste afficher un tel plaisir sur scène. Au comptoir, à Fontenay-sous-Bois, elle a présenté son dernier album, in extremis sorti en 2011. À l'image de cette passion prégnante, on remarque très rapidement qu'il y a quelque chose de très personnel dans In extremis. Au centre du quartet, Clotilde Rullaud fait plus qu'imprimer les lettres de son nom sur la pochette de son cd, elle les fait résonner dans le choix de chacune de ses adaptations. Ainsi l'album est un brassage de morceaux qui reflètent l'éclectisme de ses goûts. À première vue très éloignées les références faites à Bill Evans mixé à Gainsbourg, à Monk, Baden Powell, Piazzolla, Sting ou Duruflé trouvent chez Clotilde Rullaud un toit à partager. On sent dans ces références beaucoup d'intelligence et de réflexion. La chanteuse a le mérite de nous présenter un univers bien à elle, avec chaleur et simplicité.

Clotilde Rullaud était accompagnée de Jérome Barde (guitare/basse), Antoine Paganotti (batterie) et Olivier Hutman (piano). On notera quelques solos très appréciables de Olivier Hutman, notamment une belle introduction sur une variation de « Fragile » (Sting).

http://www.clotilderullaud.com

http://www.musiquesaucomptoir.fr

Florent Servia

Comment