Amandine, Amandine, Amandine ! Le festival jazz en baie annonçait un roulement dans l'équipe. En tout, nous serons neuf à être partis sur ce tour de France des festivals de jazz. Entre Marciac et Carolles plage nous avons récupéré Amandine à la gare de Rennes. Victor, Benoit et moi nous sommes réjouis une fois de plus. Un autre festival s'offrait à nous, et nous allions retrouvé Mathilde Mabille, chargée des relations presses du festival et alliée à notre cause (c'est pas tous les jours !). photo-4 Arrivés au camping nous avons découvert notre logement : des pods. Heureuse et agréable surprise que cette cabane en bois équipée en électricité. Depuis deux jours nous n'arrêtons pas. Le pod, c'est génial. Le festival aussi. Approuvera qui connaît la basse-normandie. A Carolles plage nous nous ressourçons de l'air et du calme ambiant. C'est indiscutable, l'environnement tient un rôle prédominant dans la réussite d'un festival. Celui de la baie du Mont Saint-Michel fait l'unanimité chez nous. Mais pas que. Pour sa sixième Èdition, Jazz en Baie n'est pas loin de remplir sa salle chaque soir. La fréquentation, le cadre... et la musique ? Elle est là aussi. Vendredi, Steve Grossman et Peter King se sont littéralement enflammés - n'en déplaise à leurs corps périssants... - avec Alain Jean-Marie (p.), Simon Goubert (dms) et ..... Un line up de rêve qui annonçait à lui seul l'issue du concert. Avant, ce furent Franck Avitabile (p.), Henri Texier (db) et Aldo Romano (dms). Il me tardait de voir Texier et Romano réunis sur scène, comme un plaisir encore jamais réalisé. Question de génération ou de timing. Mais la magnificence du jeu du pianiste n'a pas fait oublier la vieillesse du superbe Aldo Romano. À Jazz en Baie nous loupons une bonne partie des différents niveaux que comportent le festival. Sur les 3 jours de notre séjour, nous n'aurons vu que la scène à Carolles plage. Mais l'emploi du temps n'entachera pas le souvenir bienveillant qui flotte au-dessus de ce festival "familial" mais exigeant. Loin des grosses machines, c'est tout sourire que l'équipe des bénévoles accueille et le public et les invités. Et Pierre Béton, le fondateur et programmateur de l'évènement, est toujours dans les parages, prêt à déconner et à s'assurer que tout le monde va bien. Samedi il nous a accordé une interview sur la plage. Quelques plagistes et bénévoles ont également répondus aux questions de Victor et Amandine. Un samedi ensablé qui s'est poursuivi avec la désormais habituelle distribution de flyers et le concert du duo piano/trompette de Jacky Terrasson et Stéphane Belmondo et une interview des deux acolytes en coulisse, pressés de prendre du bon temps pendant le reste de la soirée. On a quand même eu le droit à quelques blagues façon Belmondo. Après l'hommage à Nougaro, détente au bungalow. Plus que un festival. L'été prochain vous envisagerez-tous de vous rendre à Jazz en Baie, et notre documentaire achèvera de vous en convaincre ! En attendant, il reste une semaine avant que le festival ne se finisse et j'ai quelques concerts à vous recommander : Dan Tepfer et ses "Goldberg Variations" le lundi 11 août, Airelle Baisson & Nelson Veras le mardi 12 à 17h, ou Roy Hargrove et Avishai Cohen mercredi à 19h45 et 22h. Florent Servia