pl_046_tante_yvonne En vrai, j'ai une tante Yvonne. On l'appelle Tata Vovonne. C'est un peu compliqué. La tante par alliance de mon père ; soit la sœur du frère de ma grand-mère paternelle. Ah les relations avunculaires ! Bien trouvé, ce nom. Parce que Tante Yvonne, c'est complètement la vieille peau de la pochette, sillonnée de rides et le regard mélancoliquement éteint. Décidément, le Petit Label et les pochettes... Une histoire d'amour qui dure.

Venons-en à la musique, car je suis à la bourre. L'album est sorti depuis plusieurs mois... Tante Yvonne est grosse : dix musiciens, beaucoup de vents. Sept vents et une section rythmique à l'ancienne pour être précis. Tante Yvonne est un peu fêlée et part dans tous les sens : son « Délirium de René » (composé par Manu Piquery, tip top aux claviers) alterne sans ambages soli bruitistes et ostinatos orchestraux très écrits. Et il ne s'agit que d'un titre ! Mais pour donner un portrait assez général, Tante Yvonne aime par-dessus tout faire un peu ce qu'il lui plaît ; souvent des improvisations pleines d'humour et de talent.

Parce qu'on la lui fait pas à la tata. Elle a plein de chats dans la chevelure et n'est pas là pour se faire chier. Les dix bonshommes (décidément, Patrick, où sont les femmes?) qui l'habitent non plus, et proposent un album foutrement bien ficelé d'une musique culottée, inspirée du free et surtout des musiques improvisées, dans lesquels Tata Yvonne trouve un humour et une fraîcheur qu'on ne retrouve plus guère sur ces scène, trop souvent prises en flagrant délit de suffisance. Le travail sur les timbres et les couleurs, entre autres séductions, est ici poussé à un degré de sophistication bienvenue ; dans l'orchestration de tous ces vents, dans l'usage de la table sonore par Manu Piquery,  celui du vibraphone par Théo His Mahier ou du tuba par Cédric Trevel. On en passe, tant cet album inattendu regorge de trouvailles et de beautés.

Comme le veut l'un de leur beau titre, Tante Yvonne, « C'est vivant ». Rien de plus vrai ; mais quand est-ce que ça revit ? Parce qu'on a hâte !

Pierre Tenne

Tante Yvonne, Tante Yvonne, Le Petit Label, 2015

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out