RectoVerso Promo_Segurel Sébastien Farge, Ségurel Forever (Laborie jazz, à paraître le 28 août 2014)

Quatre, cinq, sixième. Les jambes de plus en plus lourdes, et les poumons à chaud. Lui qui osait à peine à monter les marches deux par deux s'élançait à présent trois par trois. Quelques étages en dessous les bruits de pas se faisaient de plus en plus pressant. Plus vite, plus vite !

"Attendez !"

Le cul de sac était inévitable, pourtant il continua de d'enjamber les marches à vive allure. Il aurait dû continuer de courir au matin, il aurait dû arrêter de fumer plus tôt, il aurait dû terminer Les Sopranos. Oh le petit juif cria-t-il, mais pas le moment de s'attarder. Ne serait-ce qu'une seconde.

"Monsieur Touchent !"

Plus bas, un homme à moitié chauve au regard profond montait les escaliers avec la légèreté du leopard, de la gazelle, du lièvre et de tous ces animaux que l'on dit très rapides dans les livres pour enfants. Il tenait sous le bras une étrange valise et semblait très fier de son contenu, et laissait parfois échapper un sourire d'une innocence déplacée lorsqu'il apercevait son interlocuteur en panique.

"J'ai quelque chose pour vous ici Monsieur Touchent. Attendez, j'arrive !"

Il défonça la porte de l'accès au toit -pas d'autre alternative, l'homme était tout près. Et s'approchant, d'abord hésitant du vide, puis du pas de celui qui n'a plus rien à perdre. Arriva l'homme à la valise, qui jeta un coup d'oeil farceur, puis la tête, et enfin le reste du corps. Comme une mauvaise farce vivante. Il s'approcha, d'une démarche aisée, semblable à celle du lynx dévorant sa nouvelle proie de l'oeil. A deux mètres de distance, il s'arrêta. Posa sa valise à terre et procéda à l'ouvrir dans une excitation proche de la folie. L'homme près du vide savait à quoi s'attendre, et ferma les yeux.

"Un petit d'air d'accordéon Monsieur Touchent ?

- Écoutez, je trouve ça très chouette que vous ayez décidé de rendre homme à Jean Ségurel. C'est une figure de la musette et il est corrézien, comme notre président. C'est bien un signe ça. Encore un gage de fierté pour le département. Mais..

- Hey les gars ramenez-vous on va lui faire sa fête ! Excusez-moi façon de parler hein. Y'a Gautier à la contrebasse et Francis à la batterie qui traînent un peu la patte. Tandis que Murat avec son piano je sais pas s'il va tenir, le con !

- C'est qui à la beatbox ?

- Mic-Lee. Sa virtuosité, son sens du ryhtme, son charisme et son énergie sont autant de bonnes vibrations unvierselles qui font du bien au corps comme à l'esprit !

- Oui oui j'ai lu le dossier de presse.

- Et vous avez écouté le CD ?

- Oui.

- Et ?

- Écoutez, vous êtes très bien accompagné. Je veux dire, faire un hommage à un musicien populaire comme Ségurel c'est à la fois touchant et risqué.

- C'est Touchent quoi. Haha !

- Oui, en effet. Vous vous foutez de ma gueule ? Enfin ce que je voulais dire c'est que vous avez bien choisi vos accompagnements, parce que tout seul à l'accordéon ça aurait été le foutoir.

- Mais, vous savez, l'accordéon est un orchestre à lui tout seul.

- Mais puisque je te dis que j'ai lu le dossier de presse !

- Ne vous emportez pas, les gars vont redescendre, ce ne sera que vous et moi. Puisque vous appréciez la musette tant que ça je vais vous jouer un petit air, à l'ancienne, et ce sera gratuit !

- Je ne m'emporte pas, je saute. Adieu."

Olivier Touchent

 

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out