1507-1 ArchieBall, le label d'Arche Shepp fête ses 10 ans, et pour fêter ça, il s'offre (nous offre ?) une nouvelle collection : Rainbow Collection. Le but avoué de cette collection est l'ouverture et le partage, qui même si ils sont des élément fondamentaux dans le jazz, n'en demeurent pas moins des facteurs de risque pour un label dans cette période si incertaine. Mais ça n'empêche pas les créateurs de créer, et on est contents de voir qu'il y a encore des refuges qui naissent pour les accueillir.

L'album qui inaugure cette collection est Nightscape, le nouveau projet du guitariste Paul Abirached, en duo avec le pianiste Alain Jean-Marie. Un projet ambitieux, puisque pour reprendre les mots de Paul il consiste à "transcrire la nuit par le langage de la musique". Et la nuit, cachée derrière un voile de paisible tranquillité recèle, l'amateur de jazz le sait bien, plein de surprises à qui sait les voir… ou les entendre. La nuit, c'est l'obscurité, le silence, mais c'est aussi, le rêve, ce n'est pas La lumière, mais les lumières. C'est un univers plein de richesses et d'histoires qui s'offrent à nous, et le disque Nightscape n'en manque pas.

La formule du duo donne un aspect intimiste au propos. On imaginerait volontiers ce duo comme un orchestre de chambre moderne, et l'utilisation savamment dosée de la guitare à 12 cordes fait un petit peu penser au clavecin.

Mais on est ici loin des envolées baroques très chargées. Le disque prend le temps de respirer, l'ambiance se pose, et en tendant l'oreille, on peut parfois distinguer quelques reflets caribéens savamment camouflés.

Au final, on a un très beau disque, que l'on peut écouter de jour comme de nuit pour se détendre, et on espère que la collection qu'il inaugure, doublement courageusement car un anagramme d'Abirached étant archiebad, sera aussi agréable que ce disque. En tout cas, on ne peut que remercier AchieBall d'avoir fait fi des superstitions.

 

Hadrien Paillocher