To the Unknown est le cinquième album de Omer Klein, à peine cinq ans après son premier, Duet, en 2007. Voilà de quoi se faire une idée sur la carrière de ce pianiste Israélien qui après avoir pris ses marques a rejoint les Etats-Unis en 2005, à l'âge de 23 ans, afin d'étudier au New England Conservatory de Boston. Depuis il s'est fait sa place sur la scène new-yorkaise et internationale.

 Dans To the Unknown les compositions sont chantantes, faciles d'écoute ; on y sent un goût prononcé pour une musique mélodieuse, qui s'écoule en toute légèreté. Omer Klein élit domicile sur la partie droite d'un clavier qu'il parcourt avec pétulance, aérien, pourrait-on dire tant il gambade autour de l'accompagnement contrebasse/batterie. Haggai Cohen-Milo (cb) et Ziv Ravitz (dms) n'en sont pas pour autant délaissés, cantonnés au rôle de sidemen décoratifs, les compositions du pianiste leur offrant quelques solos non-négligeables (notamment sur « inevitable ») ; Omer Klein sait leur laisser prendre les devants (le contrebassiste sur tout le début de « Le Papa de Simon ») et ainsi donner un relief autre que celui du trio dirigé par un pianiste dictatorial. Les arrangements n'en sont, bien entendu, que plus intéressants. Mais en dépit de ces multiples dialogues, l'impression persiste que les morceaux  s'écoulent peut-être si facilement que cela ne marque pas assez. To the Unknown est un album plaisant, bourré de qualités, mais qui gagnerait sans aucun doute à nous surprendre davantage. 

Florent Servia

klein-omer_totheunknown_w

 

Comment

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out