Olivier Bogé, Expanded Places (Naïve, 2016)

Après le succès qu’a été The World Begins Today, le multi-instrumentiste Olivier Bogé nous revient avec un album foisonnant de mélodies et de climats, au carrefour entre un folk « deep countryside » américain et un jazz épuré et modern. L’album se compose de neuf variations aux titres oniriques, chacune reflétant un amour marqué pour les mélodies limpides et les climats cinématographiques ; l’extrême clarté et la précision émanant de l’écriture d’Olivier Bogé permet à l’auditeur de se plonger dans un véritable espace musical, où apaisement et imaginaire laissent place à des sensations inédites.

Dans cet opus très personnel, Olivier Bogé ouvre à nouveau son mode d’expression à plusieurs instruments : saxophone, piano et rhodes, mais aussi guitare et voix, le tout accompagné par la puissante batterie de Karl Jannuska, la ronde contrebasse de Nicolas Moreaux et les lyriques cor et violoncelle de Guillaume Bégni et Manon Ponsot. Ce mélange de nappes sonores permet de corroborer une indéniable volonté de toujours élargir la musique, vers de nouveaux horizons, vers de nouvelles émotions - des « Expanded Places ».

Finalement, pour apprécier cet opus à sa juste valeur, il nous faut faire taire toute idée préconçue sur le jazz -et la musique en général-, car ce qu’Olivier Bogé incarne dans ce répertoire est une ouverture face à son art, donnant à chaque pièce de l’album une force inouïe et une cohérence hors pair - une démarche ambitieuse que l’on salue.