51UDUVsrUML._SL500_AA280_

Après Erfindungen en 2006 et Outdoors en 2010, Dance around in your bones est le 3ème opus de la formation dirigée par Michael Jaeger, le deuxième chez Intakt records. On retrouve cet équilibre entre des mélodies soignées et une liberté aux accents free prise avec les thèmes. Ce faisant, Michael Jaeger contourne l'ennui des morceaux trop linéaires, sans sombrer dans la dissonance et l'arythmie excessives. C'est par le groove que la séduction s'opère, un groove sur lequel frétille la sonorité feutrée de la clarinette de Michael Jaeger dans «Dance around in your Bones», et sur lequel rebondit le saxophone sec, vif, dans le plus grumeleux «we shouldn't forget the spell ». On s'y prend. Puis, d'autres morceaux, plus lents, calment le jeu, en prenant soin de laisser le temps à chaque instrument de se faire entendre. C'est le cas dans « Gate » où de longs solos, contrebasse et batterie notamment, sont entrecoupés par les reprises du thème. Construction assez classique donc. On continue avec «Door in the door» qui, libéré de toute structure étriquée, se présente comme l'improvisation barrée d'un saxophoniste peu à peu rejoint par ses partenaires. « Frogspell » incarne à merveille le chemin que prend cet album : du groove et des breaks. S'alternent le suave et le brut. Accrocheuse, la musique de Michael Jaeger Kerouac porte un attrait manifeste au free, mais un free typique des années 60, apprêté d'ornements spiritual (« Manitoba »). Divin !

 Florent Servia

[youtube width="400" height="400" video_id="TnTmCNFusAI"]

Comment