Sirotant mon lait fraise, je me mets à rêver de pastis et de gambetta. La faute à qui ? La faute à Massaliazz, les salauds ! Ce trio talentueux se permet de rendre ma boisson fade, pour qui ces gens se prennent-ils ? Tout ça parce que comme dans un film de Tati, Massaliazz tisse les instants partagés, les souvenirs et les rires qui font l’amour d’une région. Hommage à la Provence, le trio crée un jazz enjoliveur, estival et fondamentalement populaire. De par sa nature folklorique, Massaliazz est avant tout une musique de répertoire ; cependant, leur goût prononcé pour l’improvisation empêche le trio de s’enfoncer dans un hommage qui ne parle qu’à ceux qui le vivent. Leurs mélodies portent le toucher de l’herbe sèche, l’odeur des orangers et le goût de l’après-shampoing au thym.

Olivier Temime est un saxophoniste complet, au jeu qui tombe toujours juste et à la musicalité excellente. Jean-Pierre Arnaud possède un swing de rêve, qui m’a été révélé alors que Massaliazz se promenait en direction de Sonny Rollins. Grâce à sa connaissance aiguisée du répertoire populaire, Michel Zenino apporte le cachet qui manquait au tout, et son jeu de contrebasse tient une technique impeccable. À eux-trois ils sont là pour rappeler que oui, le jazz est aussi une histoire française, qui ne s’est pas construite et ne se construit pas qu’à Paris.

Olivier Touchent

massaliazz cover

 

Comment