Kenny_Barron_Dave_Holland_the_art_of_conversation_DJAM

Kenny_Barron_Dave_Holland_the_art_of_conversation_DJAM

Kenny Barron - The Art of Conversation (Impulse!!! records)

Ils se font rares les maîtres. D’années en années ils s’écroulent et nous font d’autant plus apprécier leurs compères au sang chaud. De l’espèce rare des pianistes on compte Kenny Barron parmi ces derniers dinosaures. Gardien moderne et progressiste de la tradition, le pianiste à qui l’on attribue plus d’une centaine d’enregistrements - en tant que leader et sideman, aux côtés de Yusef Lateef, Stan Getz, Ron Carter, Charlie Haden et bien d’autres  - revient avec une formule qui lui est chère : le duo. Une formation que beaucoup reconnaissent comme la seule véritable occasion de dialoguer avec un musicien, d’apprendre à le connaître intimement. Ça tombe bien, son interlocuteur dans cet Art of Conversationn’est pas en reste dans le registre des confidences.

À sa manière, Dave Holland a écumé l’esthétique du duo. Avec le violoncelliste Derek Bailey (Improvisations for Cello and Guitar), le soprano Sam Rivers (Vol. 1 et Vol. 2) ou le contrebassiste Barre Phillips (Music From Two Basses), le contrebassiste anglais s’est lancé dans des aventures plus ou moins audacieuses. Celle avec Kenny Barron dure depuis plus de deux ans. Réunis lors d’un concert à la Villette, ils ont prolongé le plaisir avec d’autres dates et un enregistrement à la clé.

The Art of Conversation alterne des compositions du pianiste et du contrebassiste avec un goût prononcé pour les ballades. Ces promenades musical sont une voie privilégiée pour les harmonies délicates du pianiste. Mais qu’ils sortent de leur répertoire et on se retrouve en plein dans le bop. « The Only One » ne trompe personne. On reconnaît dès les premières mesures une référence à Monk dans ce jeu abrupt et fait de cassures qui lui fut propre. Composition de Thelonious « Sphere » Monk ou hommage ? Un peu des deux puisque « The Only One » nous ramène au fameux « Well, you needn’t » de Monk dans un hommage en forme de clin d’oeil - merci aux notes de disque. Mais Barron et Holland se frottent aussi directement à du Monk dans un double hommage au bop avec « In Walked Bud » ou à du Charlie Parker (« Segment »).

Un autre hommage, rétrospectivement tombé à pic, est celui rendu à Kenny Wheeler dans « Waltz for Wheeler ». Le trompettiste canadien est décédé il y a quelques semaines et Dave Holland qui enregistra avec lui n’avait surement pas imaginé que sa composition prendrait l’allure d’une éloge posthume sur cet album… Une chose de sûre, The Art of Conversation ravira les fines oreilles.

Florent Servia 

À écouter :

  • Scratch Kenny Barron, Dave Holland, Daniel Humair, Enja records, 1985
  • People TimeKenny Barron & Stan Getz, Polygram, 1992
  • Swamp Sally - Kenny Barron & Mino Cinelu, Polygram, 1996
  • Night and the CityCharlie Haden, Verve, 1998
  • La discographie du groupe Sphere qui débuta en hommage à Thelonious Monk
  • Piccolo- fantastique album de Ron Carter sur lequel Kenny Barron est sideman avec Buster Williams (contrebasse) et Ben Riley (batterie), ses collègues dans le groupe Sphere. Label Milestone, 1977

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out