5054429000207

Quelle aventure, quelle histoire que The Epic ! Encore inconnu il y a quelques mois, le saxophoniste ténor Californien Kamasi Washington a fait parler de lui par son apparition sur l’album géant du rappeur Kendrick Lamar, To Pimp A Butterfly, mais aujourd’hui c’est avec son premier album qu’il fait du bruit. En presque trois heures de musique, Washington et son groupe se font conteurs de jazz.

Kamasi Washington s’inscrit dans une tradition de saxophonistes ténors aux solos volatiles, explosifs par endroits, comme Coltrane ou Parker. Dans The Epic, il nous offre une arche de mélodies et de couleurs articulées autour d’une batterie polyrythmique imprévisible et de la basse fantastique de Thundercat, grand collaborateur de Flying Lotus. Avec les chœurs, le résultat donne des frissons. Sur chaque morceau, on se laisse subjuguer par l’intensité pyrrhique ou la douceur aphrodisiaque de la musique.

The Epic de Washington est polysémique : on retrouve une narration forte, bouleversante, émouvante, excitante, qui rend au genre son caractère héroïque. Toutefois, l’épique sous-jacent à la narration est celui de l’acte de création musicale: le jeu de Washington et de ses musiciens est tout simplement épique, tendu, plein d’urgence, comme si chaque note ne comptait qu’une fois.

Washington, musicalement, n’est pas dans une autre galaxie, car certains arrangements et phrasés de son jeu restent classiques. Il ne cherche pas à nous éloigner du jazz. Du moins, pas vraiment. Kamasi nous fait voyager parmi les corps célestes de l’univers du jazz, les soleils et les planètes. Qui sait, peut être a-t-il élu domicile sur la Lune ? Vue de là, la Terre est plus ronde.

Il suffit de fermer les yeux et de laisser son imagination faire le reste. Peu d’albums ont la force d’évocation que The Epic condense en un seul morceau. Chacun y voit ce qu’il veut. L’écoute de la musique est en elle même un expérience si envoûtante qu’on voyage, qu’on file dans l’espace, au milieu des étoiles, qu’on flotte dans un éther, là, assis sur son canapé.

Paul Le Gloan

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out