Florent Nisse - Aux Mages - Label Nome

Dès l’intro d’ « Eternal Thursday », morceau d’ouverture de cet Aux mages, le ton du disque est donné. Le premier album en leader de Florent Nisse nous propose une musique intimiste et nocturne, à l’image de sa très belle pochette. L’entrée du saxophoniste Chris Cheek, au milieu du morceau, est pareille à la vision des premiers rayons du soleil après une nuit d’insomnie. Inquiétante malgré son éblouissante beauté, d’une grandeur écrasante, mais bizarrement, porteuse d’une promesse d’espoir.

Cette musique est également le témoignage d’une rencontre. La rencontre entre trois jeunes musiciens français (le pianiste Maxime Sanchez, le contrebassiste Florent Nisse et le batteur Gautier Garrigue) et deux pointures américaines (Chris Cheek au saxophone ténor et Jakob Bro à la guitare). Et, comme on peut s’en rendre compte assez vite, Chris Cheek et Jakob Bro ne sont pas là par hasard. Si le saxophoniste et le guitariste font ici office de mentors, Sanchez, Nisse et Garrigue nous prouvent qu’ils ont bel et bien la maturité nécessaire pour tutoyer les deux américains et installer avec eux cette relation d’égale à égale sans laquelle le disque eut été un échec.

La formation quintet Ténor-Guitare-Piano-Contrebasse-Batterie est très en vogue ces dernier temps. Néanmoins, ce groupe se distingue assez singulièrement.  Et pour cause : si une ombre semble planer sur ce disque, c’est bien celle du mythique batteur Paul Motian. Le gros son de Chris Cheek et la guitare atmosphérique de Jakob Bro avaient été des éléments clés de son « Electric Be-Bop Band », tout là-bas dans les années 90. Est-ce pour cela que Gautier Garrigue parait assumer pleinement l’héritage du batteur à travers tout l’album ? En tout cas, lui qui s’était révélé très bon dans le récent disque du Bounce Trio de Matthieu Marthouret, est ici tout simplement royale. Le tandem rythmique qu’il forme avec Florent Nisse est l’un des plus efficaces en France actuellement, une véritable Rolls Royce. Ça n’a rien d’étonnant lorsqu’on sait que les deux compères dialoguent ensemble dans de nombreux projets, du quartet de David Enhco au groupe « Flash Pig », où l’on retrouve Maxime Sanchez au piano.

Nous avons bien là affaire à une musique des grands espaces. Une musique où le silence entre les notes prend tout son sens. Une musique qui respire. Une musique où se côtoie lyrisme et simplicité. Aussi, l’auditeur se doit d’être prévenu : il doit se tenir prêt à écouter des musiciens s’écouter. Et c’est là tout l’enjeu de cette musique. Chaque musicien attend le bon moment pour faire la bonne note au bon endroit. Il donc faut se plonger dans ce disque en écoutant cette écoute, cette attente, cette tension. En un mot, cette interaction.


autres articles

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out