Si les fêtes foraines pouvaient avoir de la bonne musique, ce serait celle de Bigre! : une ambiance festive et des rebondissements à tout va. Avec ses variations incessantes et ses influences multiples, c'est l'essence même de cette musique qui va à l'encontre de l'uniformité, et plus largement de l'ennui. Mais qui est coutumier de la tradition du big band ne s'étonnera guère de quelques explosions de cuivres assourdissants. Aussi, ce qui éloigne Bigre! des routes toutes tracées de l'histoire du big band de jazz se trouve plutôt dans un travail effectué sur les structures rythmiques. Bigre! est parti en voyage, glanant au fil des escales des éléments à utiliser en les liant aux aspirations de ses compositeurs. C'était déjà le cas avec leur premier album, Tohu Bohu, qui avait été l'occasion d'une rencontre avec l'afrobeat et l'éthio-jazz (type de jazz apparu en Éthiopie). Ce deuxième album, Les icebergs aussi partent en vacances, fait toujours de l'exotisme sa marque de fabrique, mais c'est plutôt du côté des Balkans que Félicien Bouchot et Romain Dugelay sont allés étendre leur quête de structures rythmiques riches et bigarrées. Les 19 musiciens issus du Grolektif – un collectif lyonnais jeune, actif et innovant – créent un mélange d'entrain et de désinvolture assez rare pour que l'on puisse leur attribuer une place à part sur une scène jazz actuelle déjà bien fournie. Car au-delà de ces cadences détonnantes, ce sont des rengaines qui vous susurrent que tout va bien, et des solos qui vous font sourire inconsciemment. Écoutez Bigre! pour un peu de vivacité !

Florent Servia

[youtube width="500" height="500" video_id="ANh-CE4_MiE"]

Comment

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out