Chronique rédigée pour le troisième numéro de djam (automne 2012) consacré aux liens entre le jazz et les technologies. John Daversa, un trompettiste américain dont on ne parle pas assez ! Solidement implanté dans la cité des anges qu'il arpente depuis sa jeunesse, John Daversa sort son troisième album en tant que leader. Fruit de concerts réguliers et de longues collaborations au sein de son « contemporary Big Band », Artful Joy est donc un pur produit de L.A. Il y joue alternativement de la trompette et de l'EVI avec lequel il s'est rapidement démarqué sur la scène californienne. 1972, Nyle Steiner invente le premier prototype jouable du EVI – Electric Valve Instrument. 1986, Steiner vend sa dernière version de la trompette électrique à la compagnie AKAI. A peine quelques années plus tard, le jeune trompettiste John Daversa découvre et se procure l'EVI qu'il utilise encore aujourd'hui. Comme un synthétiseur, l'EVI a l'avantage de reproduire les sons de n'importe quel instrument. Mais ce n'est pas ce qui l'intéresse, lui qui préfère utiliser la trompette électrique avec son propre son, parlant de sa personnalité propre. C'est-à-dire qu'il ne se préoccupe pas de combler les besoins d'un groupe qui manquerait d'un instrument en en imitant le son, mais plutôt en ne s'en servant majoritairement que dans des des solos, comme un instrument à part entière. C'est dans cette optique que John Daversa l'utilise dans Artful Joy, son premier album en petite formation. L'EVI y côtoie alternativement l'orgue B2 Hammond, le Fender Rhodes, le Wurlitzer, le moog et la guitare basse électrique si l'on ne s'en tient qu'aux instruments électriques. Cela donne des morceaux joyeux, entrainants et rappelant l'esthétique du big band – surtout grâce à l'union entre trompette et saxophone dans « Seven Grand» ou « Shelley's guitar » – mais aussi des morceaux plus calmes et proches de la ballade comme « Moonlight Muse », « players only » ou « flirty girl ». A noter que tous les morceaux sont des compositions originales de M. Daversa ! Album sorti en septembre 2012

Florent Servia

En complément, le teaser de la sortie de l'album célébrée par un concert au Blue Whale, club très prisé de Los Angeles. Vidéo de très bonne qualité qui vous permettra de juger que l'on n'a pas ici affaire à n'importe qui !

[youtube width="" height="" video_id="NIwG7Yh_s-E"]

Comment

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out