Il n’est pas besoin de mélanger toutes les sauces pour que le cocktail soit explosif. C’est l’adage que Arnault Cuisinier met au goût du jour avec Anima – comme l’ont fait Géraud Portal & Etienne Déconfin récemment sur Brothers, leur dernier album.

On dit d’un projet qu’il a de l’âme quand l’artiste y a mis de sa personne, quand le résultat de son travail est une œuvre sincère et personnelle. Ici Arnault Cuisinier puise dans le vocabulaire latin pour donner à sa musique un titre à l’énoncé performatif : l’Anima, ou âme en latin,  est souffle et principe de vie à la fois.  De cette définition, l’on peut s’amuser à faire dérouler les analogies, parler de souffle créateur et autres concepts philosophiques. Mais quitte à produire un discours tiré par les cheveux,  la raison me pousse à en rester au sens usuel : l’âme comme principe de la sensibilité et de la pensée. L’âme comme élément subjectif, l’âme de Arnault Cuisinier, donc. Mais aussi celle du genre, celui d’un jazz moderne habité par sa tradition. Anima est un éloge de la simplicité, d’une musique efficace aux goûts bien identifiés. Elle tranche avec un malus d’actualité, celui des soupes dont le seul argument est de faire tomber les frontières entre les genres.  À tout passer au mixeur, les influences s’affadissent…

Les compositions, l’exécution et l’esthétique prenant ici l’atour d’acquis sublimés,  l’auditeur n’a plus qu’à déguster des mets qu’il affectionne déjà.  Anima est une occasion supplémentaire de rappeler les merveilles, de sobriété et de beauté simple, produites par Edouard Ferlet sur son récent label, Mélisse. Arnault Cuisinier cultive puissance et élégance, entre les riffs imprimés par son « gros son » à la contrebasse et le lyrisme envoûtant du soprano Jean-Charles Richard ; entre intensité rythmique et mélodique. Par la cadence, l’usage du crescendo et de l’ostinato, les compositions du contrebassiste savent faire monter la pression, avec l’immense qualité d’être toujours chantantes. Accrocheurs à tous points de vue, les onze titres font d'Anima une sortie qui promet plus d'un envoûtements... 

Florent Servia

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out