À 44 ans, Brad Mehldau poursuit sa tournée mondiale dans une pleine expansion personnelle et stylistique. Désireux de dialoguer, de se regrouper mais également de se confier au travers son art, le pianiste sera à l'affiche de la Philharmonie de Paris le week-end prochain (du 10 au 12 avril), et ce pour trois prestations différentes. Régulièrement sollicité pour se produire dans le monde entier, ce week-end fera objet d'événement quasi historique dans l'horizon jazzistique parisien, soyez-en sûr.

Ouverture des festivités le 10 avril au soir, avec un corps-à-corps inédit entre l'américain et le pianiste arménien Tigran Hamasyan. Ayant tous deux déjà rendu hommage à quelques grands noms du rock, c'est une rencontre qui, à coup sûr, marquera les esprits tant les deux hommes sont devenus de véritables protagonistes de la scène jazz actuelle.

Plus classique mais non moins alléchant, le trio habituel de Mehldau (Larry Grenadier à la contrebasse, Jeff Ballard à la batterie) reviendra le lendemain nous livrer ses compositions originales mais également ses reprises de standards jazz et de classiques rock tels Nick Drake, Elvis Costello, Alice in Chains... Devenu une référence du trio moderne, le groupe dévoilera toute la conviction improvisatrice du musicien de Jacksonville sous une plume éminemment virtuose.

Enfin dimanche, le pianiste exposera en solo toute l'étendue de sa vision esthétique musicale : concept se résumant à l'expression par l'improvisation d'une idée spontanée, aventureuse et volontairement surprenante, dont l'évolution se fait de manière formellement architecturale et réfléchie.

On s'impatiente d'assister à cet événement où les approches divergentes du jazz follement improvisé donnent à la modernité une allure méconnaissance.

Alexandre Lemaire

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out