0060254799719_600.jpg

Theo Bleckmann, Elegy (ECM)

Pour son premier disque sur le label allemand ECM, Theo Bleckmann propose un album surprenant par sa sensibilité. Alliant légèreté et intensité, le disque illustre les nombreuses facettes de l'élégie – genre poétique évoquant la mort et la souffrance amoureuse – tantôt nostalgique, tantôt exalté sans jamais tomber dans le cliché ou la facilité. Le résultat est bluffant de sincérité.


Le chanteur américain a su mettre à profit son expérience conséquente dans divers domaines au sein de cette musique. Il a notamment travaillé avec Anthony Braxton, Steve Coleman, Philip Glass, Meredith Monk ou encore la Merce Cunningham Dance Compagny. Cette culture diversifiée se retrouve dans l'écriture musicale avec une maîtrise du son et des dissonances particulièrement juste.


Pour cet album, on retrouve le guitariste new-yorkais Ben Monder avec qui le chanteur à de nombreuses fois collaboré – dont deux disques en duo – tout comme le batteur John Hollenbeck – avec le John Hollenbeck Large Ensemble. Une connivence qui se ressent dans les enregistrements créant un climat intimiste convaincant. S'ajoute à cela la finesse du pianiste Shai Maestro et la chaleur de la contrebasse de Chris Tordini. La formation sied parfaitement aux compositions originales du chanteur.


Le disque s'ouvre avec une courte pièce en piano seul aux harmonies rappelant Brad Mehldau. On est alors de suite immergé dans un espace ample : le son ECM – agrémenté d'une reverb shimmer renforçant le côté onirique. La sonorité typique du label convient parfaitement à cette atmosphère figée, hors du temps. La voix légère de Theo Bleckmann s'accorde parfaitement au son de groupe. Chaque membre a su trouver un équilibre harmonieux dans le spectre sonore, où aucun ne semble superflus.
Le titre « Comedy Tonight » installe dès les premières notes le caractère élégiaque qui va se métamorphoser à travers l'ensemble du disque. Les dissonances fines permet un jeu de clair-obscur rendant crédible le tout. Ce clair-obscur se retrouve aussi entre les divers morceaux. Ainsi dans « Elegy » le caractère est plus sombre, là où l'éclatant « Take my Life » et son intense solo de guitare est une véritable ode à la vie.
La musique présente sur ce disque comporte alors une qualité importante : elle confronte à l’indicible. L’ensemble des adjectifs présents dans ce texte n'esquissent que grossièrement la justesse de celle-ci. Elle ne se complaît jamais dans une seule émotion, elle possède ce caractère ambivalent qui lui permet de dépasser le simple statut d'artefact culturel.


Theo Bleckmann : voix / Ben Monder : guitare / Shai Maestro : piano / Chris Tordini : contrebasse / John Hollenbeck : batterie

Chroniques - Par Paul Albenge - 6 mars 2017


Autres articles

Comment

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out