Louis Billette, Immersion, QFTF, 2016

Un pied hors du temps. Un pied up tempo. Le quintet de Louis Billette se fend d'un jazz – indiscutablement, c'en est – qui s'approvisionne à un demi-siècle de traditions qu'on a fort envie de faire débuter par le second quintet de Miles, auquel est emprunté bien plus que la formation. Comme toujours avec les influences, c'est bien réducteur, mais ça situe.

Immersion glane aussi des années 60 une production irréprochable et un format d'album qui fait du bien après trop d'ECM de 80 minutes et 15 titres : six morceaux du leader, 32 minutes. Et comme le montraient tous les anciens, c'est largement suffisant pour emporter l'auditeur. Les compositions de Billette, toutes en écho aux œuvres graphico-poétiques (du bon du bon du bon) de son frère, déroulent une maîtrise impressionniste en diable, à grand coups de césures rythmiques qui attirent l'oreille si immédiatement dans ce flux presque non-pulsé qu'imprime la section. A grands coups d'ostinatos ossature d'un cheminement harmonique dans lequel on aime fouailler. De grands coups d'arrangements qui libèrent l'expressivité des musiciens, particulièrement Zacharie Ksyk à la trompette et François Lana au piano, qui donnent envie de découvrir mieux. Plus.

La coloration impressionniste de l'album offre ainsi des moments de grâce pure qui donnent au quintet un spectre musical fort large où chacun sans doute pourra y trouver son compte ; tandis que le puritain s'emportera contre un certain lyrisme ouvert et bon teint (''Goutte d'eau'') ou encore contre les redondances du propos mélodique, ou encore... Mais là ne réside pas la démarche de ce quintet, qui fait toutefois regretter une certaine ''sagesse'' d'ensemble à la suite de cette ''Joie'' inaugurale chamboulant par un jeu référenciel (moult malignité et force maestria) un salmigondis de genre pour en extraire un titre frappant et cohérent, loin de l'exercice de style : thème hard-bop, petit blues, boogie, swing, free, quasi bruitisme... Les cellules s'enchaînent à merveille, et font entendre une recherche et une musique que l'album ne poursuit ensuite plus guère ; mais qui fait dire que Louis Billette et son quintet ont encore beaucoup à dire en sus de cette Immersion qui ravit déjà.

Louis Billette : saxophones et composition/Zacharie Ksyk : trompette, bugle / François Lana : piano / Blaise Hommage : contrebasse / Marton Kiss : batterie


Autres articles

Comment

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out