Le Grand Fou Band, Au 7e ciel, Petit Label, 2016

Fousser : vb trans., v.1980. 1. Jouer un certain type de musique dite expérimentale et improvisée, peu commerciale et emprunte d'une indéniable radicalité. 2. Jouer de la musique sans autre souci que de jouer de la musique. « Au début de sa carrière, Jean-Marc foussa beaucoup. »

Le Grand Fou Band fousse également beaucoup, puisqu'il s'agit du big band réuni par Jean-Marc Foussat où l'on retrouve de nombreux musiciens parus ces dernières années sur son label personnel (FouRecords) et autres compagnons de route. Tant de foussage ne saurait donc surprendre, et inciterait même à y voir une sorte de synthèse monumentale et orchestrale de ce que propose le musicien slash producteur slash ingénieur du son si important pour les musiques qu'il fait vivre non pas seul, mais à tout le moins en petit comité.

Au 7e ciel est composé d'une suite unique où se retrouvent certains éléments essentiels à toute fousserie : la radicalité de l'improvisation (et d'une certaine manière l'instrumentation), le travail d'orfèvre parfois barbare sur la matière sonore et les timbres, qui crissent, crossent, explosent, s'aplanissent, se désagrègent, fusionnent, dérangent et font kiffer, martèlent et caressent, feulent, disparaissent, meurtrissent, soulagent. L'album est ainsi l'occasion d'une foussenade où chaque musicien s'agrège à un son d'ensemble aussi caractéristique qu'insaisissable, et fait montre de son talent individuel à fousser.

Qu'ils foussassent et sachent fousser, ces musiciens, ce n'était guère à questionner. Mais on a plaisir à les entendre en liberté apporter leurs cailloux à l'édifice : des moments plus franchement free, des échos déstructurés d'un lyrisme mélodique auquel Jean-Marc Foussat ne nous a guère habitués, voire des enchevêtrements improvisés de voix qui fonctionnent impeccablement comme le dialogue accordéon (Claude Parle), clarinette basse (Jean-Luc Petit) agrémenté d'une stratification orchestrale aussi énergique que ténue. Ces mouvements orchestraux participent souvent à l'impressionnisme du propos, qui sonne régulièrement comme un collage d'instantanés et de négatifs qui tout en sacrifiant épisodiquement à la cohérence d'ensemble, trace à chaque instant de multiples portes d'entrée pour pénétrer cette musique si iconoclaste contre tout mainstream.

La formation orchestrale apporte ainsi un nouvel éclairage sur les cheminements personnels et collectifs de ces musiciens foussant, quoiqu'elle ne soit pas exploitée toujours pleinement dans les interactions que donnent à entendre l'album, qui fait plus dialoguer des cellules musicales, dans une alchimie qu'on sait ne pas être démente. Au 7ème ciel, un témoignage qui n'est pas tout à fait manifeste, de ce qu'est le foussement ; et l'on se réjouit qu'il puisse exister y compris hors de son récent foyer de FouRecords – mais sans s'étonner outre mesure que l'asile soit donné par le Petit Label... Fousser à dix-huit, c'est bien aussi. Alors foussons.

Augustin Brousseloux : guitare / Xavier Camarasa : piano / João Camões : violon alto / Jean-Luc Cappozzo : trompette & bugle / Marialuisa Capurso : voix & électronique / Jean-Marc Foussat : voix & synthé AKS / Anouck Genthon : violon / Jean-Brice Godet : clarinettes / Sylvain Guérineau : saxophone ténor / Soizic Lebrat : violoncelle / Fred Marty : contrebasse / Michael Nick : violon / Claude Parle : accordéon / Alexis Persigan : Trombone / Jean-Luc Petit : clarinette contrebasse & saxophone sopranino / Makoto Sato : batterie / Nicolas Souchal : trompette & bugle


 

 

 

Comment

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out