Madeleine Peyroux, Secular Hymns, Impulse !/Universal, 2016

Accompagnée à la guitare, par Jon Herington et à la contrebasse par Barak Mori, Madeleine Peyroux interprète avec une voix classieuse, subtile et versatile des titres issus du répertoire de la musique américaine populaire (gospel, country, blues, jazz ou funk).

Enregistrés dans une église près d’Oxford, les titres de Secular Hymns sonnent avec une rare intensité, organique et sans faux semblants. Ce lieu dédié à la foi, offre un effet de profondeur à la voix de Madeleine et ses interprétations de « classiques profanes », dans cet écrin acoustique et spirituel mettent en valeur des chansons « clé de voute » de la musique américaine.

Pour la plupart, initialement chantée par des hommes, elle interprète ces classiques en se délectant de chaque mot, avec son sens de la sonorité et du phrasé, tantôt avec une légèreté langoureuse et facétieuse, tantôt avec profondeur et mélancolie (notamment sur les morceaux « Highway Kind » de Townes Van Zandt et « Hard times come again no more »). C’est avec un malin plaisir, qu’elle reprend « Tango till They are sore”, au texte haut en couleur et décalé signé Tom Waits.

Son interprétation est exquise dans « Hello Babe » par l'inversion des rôles ; Madeleine « mène la danse », s’adresse à un homme et l’entendre susurrer des pick up line de vieux briscard, à la confiance intensifiée par l’absorption de deux ou trois verres de single malt pour s’attirer les faveurs d’un bel inconnu, c’est le petit jésus en culotte de velours. Son dialogue avec la contrebasse, ses soupirs sont si suggestifs qu’on en redemande.

La complicité entre les trois artistes, renforcée par deux ans de tournée est d’une fluidité magique. Les deux instrumentistes sont remarquables et s’illustrent magnifiquement tant aux arrangements, qu’à l’interprétation et nous offrent de réels moments de grâce. Notamment Barak Mori, utilisant l’archet pour une mélopée sensuelle et suave dans « Tango till They are sore ». Les deux compères ont décidément plusieurs cordes à leurs talents car ils donnent également de leurs voix dans plusieurs titres de l’album - notamment dans « Sister Shout » ou ils reprennent en chœur, aux anges, le refrain de ce classique de Sister Rosetta Tharpe, artiste blues et rock, influence majeure de Chuck Berry, d’Elvis Presley, de Little Richard et de Johnny Cash, connue pour être l'une des premières à avoir accompagné le gospel à la guitare électrique. La messe est dite…

 

Secular Hymns suspend un peu le temps qui passe inexorablement, et nous rappelle comme dans « More Time » composé par Linton Kwesi Johnson, poète dub britannique également repris par Madeleine Peyroux que nous avons besoin de temps pour nous épanouir et écouter ces cantiques profanes vibrants d’humanité et d’énergie.

Chant: Madeleine Peyroux

Guitare : Jon Herington

Contrebasse : Barak Mori


 

 

Comment

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out