Big Band de l'Oeuf, Petits Plats pour Grand Ensemble, 2016

Le chef du big band rhônealpin, Pierre Baldy-Moulinier, donne le thon dès le titre de l'album Petits plats pour grand ensemble, qu'il décline à l'envie dans les titres des morceaux : "Velouténor au bugle forestier" ou encore "Filet de sol et baryton mayonnaise". Vous comprendrez bien qu'il est difficile de ne pas saliver devant un tel menu. Reste maintenant à déterminer si ce menu, au-delà d'être alléchant sur l'ardoise, est digne d'un routier de la nationale 7 ou d'un restaurant étoilé à la Joël Robuchon. Enfilez vos tabliers, car c'est du big band qui tâche !

Sans vouloir vous spoiler, tel votre fil d'actualité Facebook un lendemain d'épisode de Game of Thrones, ce disque est pour moi clairement dans la deuxième catégorie. Le Big Band de l'Oeuf réunit la crème des musiciens de la région Rhône-Alpes, sans se contenter de servir une musique fade ne s'appuyant que sur les talents d'instrumentiste de chacun de ses membres. Soutenu par Grands Formats, chez qui on retrouve entre autres Ping Machine ou Le Sacre du Tympan, l'Oeuf propose une écriture à la fois fine et forte, avec un sens aiguisé de la mélodie et surtout de la forme, développée dans sept morceaux dépassant souvent la barre des dix minutes, sans toutefois que l'on ne trouve le temps de s'ennuyer.

Si les parties improvisées sont tout à fait remarquables – mention spéciale au très beau solo de saxophone baryton de Sylvain Félix sur "Filet de sol et baryton mayonnaise" – on s'attardera cependant plus sur les parties écrites, entre Frank Zappa et Charles Mingus en passant par Kenny Wheeler, foisonnantes de bonnes idées. En termes mélodiques bien sûr, car il n'est pas rare d'en voir certaines ressurgir soudainement à la manière d'un Pokémon sauvage, mais cette écriture est surtout impressionnante dans ses alliages de timbres.

À l'instar des compositeurs français du début du vingtième siècle, tels Ravel ou Debussy, on retrouve une réelle recherche de timbres dans cet album, à commencer par une section rythmique avec basse électrique, guitare et claviers (rhodes, orgue, clavinet), qui contribue grandement au son moderne de l'ensemble. Pour les soufflants, on pourra citer notamment l'alliage flûte/trompette bouchée/saxophone alto dans "Salade de croches", ou encore l'imitation des canards dans Trois pâtes et un canard par toute une section de trompettes bouchées. Cerise sur le rôti, l'impressionnante section de trombones façon Supersax dans le méchamment funk "Cuisses de coulisses". On savait la région Rhône-Alpes fournisseuse officielle de trombonistes à tout le reste de la France (de Pierre Baldy-Moulinier aux actuels Robinson Khoury ou Paco Andreo), mais elle le prouve à nouveau dans cet album.

Au delà du côté musical très convaincant, il ressort de ce disque une simplicité, et j'oserais même dire une débilité, qui fait du bien. On sent du début à la fin que c'est un album fait entre amis, et que s'il y a indéniablement en arrière-plan des journées entières de répétitions, on ressent également les soirées passées à s'amuser et à tailler le bout de gras entre copains. À une époque où il est compliqué de mener un projet artistique à terme (et encore plus un gros effectif comme celui-ci), il est de moins en moins évident de conserver cette dimension intacte. La séquence émotion étant passée, je terminerai cet article en vous enjoignant absolument à goûter ces Petits plats pour grand ensemble qui sont une vraie réussite sur tous les plans. J'en oublierais presque mes jeux de mots...

Hervé SALAMONE (lead tp), Jeff BAUD, Christophe METRA, Vincent STEPHAN (tp, bugle), Pierre BALDY-MOULINIER (tb, euphonium, bugle, flûte à bec), Olivier DESTEPHANY (tb, euphonium), Jean CROZAT (tb Basse), Vincent OLLIER (tuba, euph.), Boris POKORA (sax sop, alto, clar., fl.), Hervé FRANCONY (sax alto, fl., clar., clar. basse), Eric PROST (sax ténor, sax sop.), Antoine BOST (sax ténor, sax sop.), Sylvain FELIX (sax bar., sax alto, clear. basse), Bruno SIMON (guit.), David BRESSAT (piano, clav.), Basile MOUTON (cb, basse), Hervé HUMBERT (batt.), Fabien RODRIGUEZ (percussions).


Comment